Cosmo [†] Orbüs

Resterons-nous créatifs demain ? Ariel Kyrou & Alain Damasio #MoutonNum

mouton numérique créativité

Dans le cadre du Mouton Numérique, j’aurai le plaisir et l’honneur d’animer un débat entre Alain Damasio et Ariel Kyrou sur l’avenir de la créativité, le 19 octobre prochain à Paris (La Défense).

Infos pratiques

Le débat aura lieu le jeudi 19 octobre à 20h dans les locaux de NextDoor La Défense (110 Esplanade du Général de Gaulle, 92400 Courbevoie, France). L’entrée se fera sur inscription (l’espace est limité), à prix libre : vous donnez ce que vous voulez.

Si vous n’avez pas la possibilité d’être présent(e), sachez que le débat sera diffusé en direct le soir même sur les ondes de l’Internet mondial, et accessible en replay sur YouTube jusqu’à la fin des temps.

Vous pouvez suivre les news de l’événement sur Facebook mais une inscription (gratuite) sera quand même demandée plus tard. Nous sommes obligés de compter les inscrits pour prévoir la place disponible dans la salle.

Invités

Pour parler de la créativité du futur, nous avons le plaisir de recevoir des pointures. J’ai nommés…

Alain DamasioAlain Damasio

Auteur de science-fiction multi-casquettes, auteur notamment de La Zone du dehors (1999, Cylibris) et La Horde du Contrevent (2004, La Volte). Sa nouvelle Serf-made Man ? imagine la créativité comme valeur cardinale du monde à venir.

Ariel Kyrou

Journaliste, écrivain, essayiste et animateur radio, spécialisé dans les nouvelles technologies, les musiques électroniques, la science-fiction et les grandes avant-gardes artistiques du siècle dernier.

 

Perspectives de réflexion

« Resterons-nous créatifs demain ? »
Ça dépend, bien sûr ! Notamment de savoir qui est ce « nous ».

– Resterons-nous créatifs, en tant qu’individus ? Les nouvelles technologies sont-elles simplement des outils supplémentaires ? A l’heure de leur démocratisation et de l’explosion de la création amatrice, qu’en est-il de la figure de l’Artiste ? Ariel Kyrou nous parlera probablement de la vague de fond de l’amateurisme, qui se développe grâce à Internet et permet à chacun de créer et de diffuser ses créations avec le monde. (Le blogueur que je suis plussoie avec vigueur.)

– Resterons-nous créatifs en tant que société ? Ce débat sera une bonne occasion d’évoquer la valeur-créativité, qui semble si importante de nos jours, le culte de l’innovation et de la « disruption » pour elle-même (l’invention suffit-elle ?). Hors du champ de l’innovation économique, nous pourrons également parler de la valeur marchande de la créativité dans le monde du travail ; un concept développé par Damasio dans sa nouvelle Serf-Made Man ? du recueil Au Bal des Actifs.

Le pitch de la soirée est le suivant. Nous aurons 1h30 questions comprises, il ne faudra pas traîner.

Il n’a jamais été si simple, si accessible de faire de la photo, de la vidéo, de la musique – et de partager ses créations avec le monde entier. Les nouvelles technologies ouvrent tout entières de nouvelles formes d’arts numériques, de musiques électroniques, de jeux vidéos. On compte par milliers les applications, les réseaux sociaux et autres iChoses qui promettent de « booster la créativité » ; la nôtre, celle de nos enfants, de nos entreprises. Et de nous mettre en relation avec tout ce qui se fait de mieux et de plus inspirant dans le monde.

Parallèlement, cette créativité n’a jamais été aussi convoitée par ces mêmes services qui nous permettent de « booster l’artiste qui sommeille en nous ». Ceux-là même qui se nourrissent de ce que nous faisons (digital labor) et enclosent peut-être d’autant notre rapport au monde, et l’acte de créer, dans des systèmes de valorisation marchands. Est-on moins libre de peindre sur une tablette graphique que sur une toile ? Quels sont les nouveaux territoires de la création de demain ?

Invités du Mouton Numérique, l’essayiste Ariel Kyrou et l’auteur de science-fiction Alain Damasio exploreront l’avenir de la création à l’ombre des datacenters.

***

Un débat propulsé par Le Mouton Numérique ! Bêêêêh !

mouton-numérique

Laissez un commentaire ici plutôt que sur Facebook.