Cosmo [†] Orbüs

Pourquoi je blogue

Broadcast, par ~FinchFight

[Nous ne devons pas avoir peur de nous confronter,
du chaos naissent les étoiles.
– Charlie Chaplin]

En général, j’aime bien les proverbes. J’en connais un qui dit que dans un voyage, la destination est moins l’objectif que le chemin pour y arriver. Et s’il y a un domaine ou ce dicton populaire prend tout son sens, c’est sans doute le blogging. En deux ans et demi d’existence, Cosmo Orbüs m’a demandé beaucoup de travail. Ce qui m’amène aujourd’hui à me demander « pourquoi ? » Pourquoi passer ma courte soirée à écrire un article à rallonge qui n’intéressera personne ? Pourquoi m’acharner à comprendre un plug-in de cache imbouffable dont je ne comprend rien ? Quel genre de malade passe l’essentiel de son temps libre à cultiver un site internet minuscule, inconnu et même pas original, au lieu de regarder TF1 profiter de la vie ?

Chaque blogueur trouve ses propres réponses. Le blog est un format créatif, un type de modèle rédactionnel et pas une fin en soi. Certains disent « je ferai bien un blog, mais je n’ai pas de sujet ». A ceux-là je répond d’abandonner. Je blogue par passion. Passion des sujets que j’aborde, de l’imaginaire, de la culture populaire dite « geek », passion du dialogue qui se créé autour des sujets culturels. Passion également de l’écriture, de la chronique à la fiction en passant de temps en temps par le coup-de-gueule si jouissif. Passion enfin du web et des réseaux sociaux, qui sont mon métier. Les utiliser, c’est les maîtriser.

Je ne blogue pas pour toi, lecteur. Navré de l’avouer mais les thèmes que j’aborde, je les choisis uniquement selon mon envie et mes goûts du moment. Evidemment, lorsque je constate que mes écrits rencontrent le succès, génèrent des émotions et provoquent le débat, j’en suis d’autant plus heureux. Mais analyser les attentes d’un public et proposer une offre adaptée, ça s’appelle du marketing. C’est intéressant ; mais ça n’est pas ma démarche.

Alors oui, les efforts que je déploie à l’amélioration du site et à la promotion du contenu servent bien à faire venir du monde. Tout ceux qui écrivent sur Internet cherchent à être lus. Égocentrisme ? Peut-être, mais pas plus que quiconque écrit un bouquin et le fait publier. Recherche de reconnaissance ? Sans-doute en partie, et bien-sûr que le nombre croissant des visites me gonfle de fierté. Mégalomanie ? Allez vous faire foutre.

Regarder un bon film, lire un excellent bouquin ou philosopher ne m’intéresse pas autant si je ne peux partager, prêter le bouquin, conseiller le film et disserter avec d’autres que moi. Pour ça le blog est un média parfait, qui me permet de poser mes idées, de réfléchir à mon avis et de le structurer, ainsi que de faire preuve d’esprit critique et de prendre du recul. Cosmo Orbüs est un outil de développement personnel, et de réflexion sur mes passions. Les évolutions du site et des contenus, du style d’écriture aussi, reflètent mes propres changements. Par nature un blog doit évoluer en même temps que son auteur, petit à petit, ou par rupture.

Le blog est aussi un outil social, et la blogosphère un réseau plus riche de contenu que Facebook ne le sera jamais. Plus anarchique aussi, non normalisé, dans lequel on trouve de tout et des gens très variés, ce qui n’est pas pour me déplaire. Internet est le sixième continent, et il nous appartient de le conquérir pour en faire ce que nous voulons. Pour le moment, nous sommes encore au Far West avec ses villes naissantes, ses fortunes rapides, et ses bandits. Des quelques colons du départ, nous sommes devenus des milliards dans le monde entier. Et bien entendu si tout ceci est numérique, rien pourtant n’est virtuel.

Créer un blog, c’est comme planter sa tente sur le web pour y faire salon. Je ne gagne pas un sou mais peu m’importe en vérité car ce n’est pas mon objectif. Depuis deux ans et demi, la tente est devenue cabane et petit à petit, je continue à l’agrandir. Je ne rêve pas de ces palais clinquants qui accueillent une foule dense d’admirateurs quotidiens et amassent des fortunes (relatives) en placardant des réclames sur chaque murs. Tout ce que je demande, c’est qu’on me laisse cultiver mon petit coin de web comme je l’entends. C’est beaucoup de travail et le résultat semble parfois dérisoire. Mais dans mon salon numérique les amis, les gens de passage et les inconnus peuvent venir bavarder, ou juste écouter. Qui que vous soyez, et si vous êtes animés d’intentions pacifiques, vous serez ici toujours les bienvenus. Mon logis n’est certes pas grand, mais mes fenêtres ouvrent sur un horizon infini.

-Saint Epondyle-

9 commentairesVous en pensez quelque-chose ?

  • Je suis plutôt du même avis, même si j’ajoute pour moi l’envie de partager des trucs, certes abscons, mais qui moi me passionnent.

    Cela dit, c’est pas pour être lourd, mais il y a d’autres moyens pour recevoir quelque rémunération sur son blog, que d’y mettre de la pub. ;)

    • Ah ah ah ! Je me doutais qu’on me ferait le coup !
      Je pense venir tôt ou tard à Flattr, c’est vrai que le système est séduisant.

      Pour l’envie de partage, c’est évident également bien entendu !

      Merci de ton passage Alias.

  • En voyant ton titre, ma première idée aurait été de publier un article pour y répondre. Mais ta réponse vaut la mienne. A ceci près que j’ai été plus engagé à créer un blog par effet de mode et n’ayant pas d’autres projets médiatiques sous le coude pour partager mes passions, que par pure volonté d’ouvrir mon esprit animal à la vindicte populaire.

    Ce qui en résulte, tant du point de vue du contenu que de sa vocation est laissé à l’appréciation du jour et du lecteur. Pour ma part, je n’ai rien à y gagner, sinon à être connu, attendu que c’est aussi un moyen de montrer mes qualités d’écrivain, ce qui me servira, j’espère, dans un avenir proche.

    A te lire, Saint Epondyle, j’ai quand même l’impression qu’écrire et continuer à écrire pour un blog qui fidélise quelques lecteurs et en attire quelques autres occasionnels, est l’accomplissement d’un besoin identique pour la plupart de leurs auteurs. Rien dans ce que tu as dit ne m’a étonné le moins du monde. Est-ce un cas général ? Les blogs dans ton genre, dans celui d’Alias ou même le mien répondent à mon sens à un même engouement. Et de ceux qui ont réagi à la formation des Ondes Résistantes, je crois bien que beaucoup auront à peu près la même chose à dire, car c’est ce qu’on ressent à la lire.

    Dans d’autres « secteurs » intellectuels, il est possible que les motivations soient différentes. Mais dans le tien, dans le nôtre, ils seront peu à s’y reconnaître.

  • En effet, comme je le disais il y a peu, il faut être honnête, si l’on écrit c’est avant tout pour être lu. Mais il ne faut pas, comme tu le dis, choisir le contenu de ce que l’on écrit afin de plaire à un certain type de lecteurs… Le marketing, y’en a assez au boulot pour pas en faire à la maison !

    Et puis, surfer dans la blogosphère c’est avant tout une passion, alors il faut parler de ce qui nous passionne. Point barre.

  • Je suis tout à fait d’accord avec toi. Je blogue depuis moins longtemps et je n’ai pas encore totalement fait le point sur tout ce que ça m’apportait, mais le but est bien là. Y créer ma place, le voir évoluer avec moi, améliorer mon écriture, partager mes découvertes, créer un réseau. Et parfois, je me perds avec le marketing, mais j’y reviens toujours à cette envie première… Bref, j’approuve :)

    • @L’Ours > Je pense qu’il n’y a pas trop de hasard dans le fait qu’on se lise les uns les autres sans se connaitre par ailleurs. En plus du sujet, la philosophie qui nous anime est effectivement assez semblable.
      Quand à la gloire et la célébrité, je pense qu’ils ne sont que des conséquences de notre travail sur nos plateformes respectives. Déja en tenant un contenu soigné sur la durée on fait la plus grosse parte du travail. Le public et sa reconnaissance suivent. :)
      Personnellement je ne me plains pas, ces temps ci les chiffres sont très bons et les réactions nombreuses malgré un rythme un peu inférieur à ce qu’il était avant. Alors…

      @Kaa-Chan > On fait quand même un peu de marketing en publiant sur twitter, sur facebook, en utilisant des plug-in de rediffusion de contenu ou de SEO. Mais néanmoins, dans le choix des sujets je trouve qu’il faut garder à l’esprit qu’écrire pour le public n’est pas une solution.
      Si je suis passionné par mes sujets, j’aurai tendance à les soigner, à me documenter, et à chercher des points de vue originaux. Et du coup, comme je le disais à L’Ours, je rencontrerai forcément un certain lectorat.

      @Musa > Si tu débute je me permettrais un conseil : reste à fond dans tes sujets d’intérêt, ne te laisse pas avoir par les recettes faciles censées attirer du monde, ne galvaude pas ton talent. Et ensuite, tiens bon. La durée c’est difficile mais lorsque les fruits commencent à tomber, ils n’en sont que plus savoureux !
      J’en profite pour te souhaiter la bienvenue sur Cosmo, j’espère t’y revoir à l’occasion.

      Merci de vos messages !

      • Merci! Je pense en effet qu’il est bon de garder ça en mémoire… Je ne suis pas toujours patiente et peut-être je pourrais non pas tomber dans les recettes faciles mais bien abandonner, « me demandant à quoi bon si personne ne me lit,… », mais comme tu dis, si je reste dans des sujets qui me passionnent, alors, de toute façon, ce sera avec plaisir que je me documenterai et partagerai….
        Et t’inquiète, je repasserai par ici ;)

        • En effet, j’avoue que ce n’est pas toujours évident de garder la motivation aux tout débuts… Même si l’on est passionné pour ce que l’on écrit, quitte à ne pas être lu, autant en rester aux simples bavardages entre amis et aux dialogues enflammées plutôt que de rédiger des articles énormes qui risqueraient de ne jamais être lus.

          Pourtant, au-delà de la passion (lecture, JdR, musique, nouvelles technologies et j’en passe) de chacun, c’est la passion commune des blogueurs pour l’écriture qui importe.

          Si à une époque j’ai beaucoup écrit dans pauvre fichier word que je gardais au fond de mon disque dur, je me suis dit que même si le sujet pouvait être banal ou très fictif, il n’en était pas moins sujet à discussion. Alors, j’ai sauté le pas, et je ne regrette pas !

          • D’autant que chaque article posté améliore la visibilité de tout le site sur son sujet par les moteurs de recherche. Alors même sans perdre son temps en optimisation SEO cabalistique et franchement assez inefficace, le seul fait d’écrire régulièrement augmente de fait ta visibilité et donc le nombre de tes lecteurs.
            C’est mécanique, et totalement imparable. Comment ais-je atteint ce nombre de lecteurs sur Cosmo aujourd’hui ? Simplement en écrivant régulièrement des contenus soignés depuis 2 ans et demi.

Laissez un commentaire ici plutôt que sur Facebook.