Cosmo [†] Orbüs

IRL molotov

Reality, par ~EranFolio

[Tout ce qui peut-être imaginé est réel.
– Pablo Picasso]

Chère « vraie vie »,

Depuis le temps que je me balade sur Internet, ça va bientôt faire une dizaine d’années, j’entends parler de toi. Ici on dit « IRL », ce qui signifie « In Real Life ». C’est un peu étrange tu ne crois pas, de te faire appeler comme ça ? Car moi je sais que tu ne me quittes jamais. Que je sois seul ou accompagné, éveillé ou assoupi, que je me sorte dans la rue ou que j’écrive sur Cosmo, tu es toujours avec moi. La vie est toujours réelle.

Dire « IRL » c’est sous-entendre qu’il existe une vraie et une fausse vie qui serait « virtuelle ». Parce que je m’exprime avec des mots de pixels, ils ne seraient pas réels. Parce que j’utilise un média numérique tout cela ne serait que du vent, de l’éphémère, du futile non seulement pour moi mais également pour ceux avec qui je communique. Que fais-je ? Je « suis sur l’ordi » comme disent ceux qui ignorent totalement que l’ordinateur n’est pas une fin, mais un moyen. Si j’écris une lettre, si je peint, si je téléphone, est-ce virtuel aussi ? Il n’y a pas que moi qui le dit : le virtuel, ça n’existe pas.

On peut être ignorant, ne pas connaître n’est pas un crime. Mais cette suffisance et ce mépris de ce que tu bannis du domaine du réel, ça c’est intolérable. J’existe, et ce que je dis également. Ce devrait être une évidence, personne ne devrait avoir à justifier de la réalité de son action. En utilisant mon ordinateur, je communique, je travaille, je joue avec d’autres personnes. Ils sont parfois mes amis proches, moins proches, parfois des collègues, parfois des inconnus, ils sont toujours des humains. Si j’écris quelque-chose de drôle, untel rira peut-être. Si je gagne une partie contre tel autre, il sera sans doute déçu ou content d’avoir disputé une belle manche. Et s’il me paie, c’est bien que pour mon patron mon travail n’est pas « virtuel ».

Je te trouve bien prétentieuse. Il y a à peu près sept ans, je fondais mon premier site internet. Un forum amateur, qui a vécu pendant quatre ans et rassemblé pratiquement deux-cent membres. C’est assez peu, finalement, mais du haut de mes dix-sept ans et de mon inexpérience de l’époque c’était pour moi une grande réussite. J’ai travaillé des jours et des nuits sur ce site, le faire connaitre, animer la communauté, améliorer le design, traquer les erreurs dans le CSS. Comme je travaille des jours et des nuits sur mon site actuel. Mais ça ne compte pas, ça n’est pas « In Real Life » n’est-ce-pas ? Petit à petit, à force de se fréquenter sur le site, je me suis fait de sacrés amis. Et puis l’année dernière, l’un d’eux est mort. J’ai écrit sur le sujet alors que j’étais incapable de dire un seul mot de vive voix, et depuis que l’article est en ligne j’ai pu échanger avec sa famille et ses amis. Certains ont appris la nouvelle par mon site, d’autres ont pris ou repris contact avec moi après avoir découvert mon texte par hasard. Nous avons parlé, nous nous sommes soutenus, mais tout ça j’imagine que c’est également « virtuel ». Ces sept dernières années, j’aurai sans doute mieux fait de regarder TF1, ça au moins ça aurait été la « vraie vie ».

Mais non. Je refuse cette distinction. Qu’elle soit physique ou numérique, face-à-face ou à distance, une rencontre est toujours une rencontre. Quand j’échange avec les amis de Skay par e-mail, avec les copains blogueurs ici ou ailleurs, avec mes amis sur les réseaux sociaux, je suis en vie. Toi l’IRL que l’on prononce irréel, tu me parait davantage l’invention désuète de ceux qui, incapables de comprendre nos nouveaux mondes, cherchent à se rassurer en affirmant qu’ils n’existent pas. Mais si le réel se mesure, c’est probablement plus à la portée de nos actes qu’au moyen utilisé pour les accomplir. Plus nous continuerons à utiliser les médias qui nous conviennent et plus nous serons capables de construire notre propre réalité. Et lorsque tu cessera d’exister, nous aurons gagné.

-Saint Epondyle-

Soutenez Cosmo ^{;,;}^
Vous pouvez soutenir Cosmo en réagissant par un commentaire, en partageant les articles et/ou en m'offrant un café (tip tip !). C'est peut-être un détail pour vous, mais pour moi ça veut dire beaucoup. Merci d'être là.

Devenez mécène

3 commentairesVous en pensez quelque-chose ?

Laissez un commentaire ici plutôt que sur Facebook.