Cosmo [†] Orbüs

[PJ] 11 conseils pour améliorer son roleplay

[Il n’y a pas de petit rôle, il n’y a que de petits acteurs.
– Constantin Stanislavski]

On pourrait définir le roleplay (RP) comme l’ensemble des éléments d’interprétation théatrale d’un personnage de JdR. Concrètement, c’est l’ensemble des actions jouées par les personnages qui ne relèvent pas des règles du jeu, mais de sa personnalité. Vulgairement, c’est ce qui différencie un magicien, d’un autre magicien.

Le RP est souvent porté aux nues, à raison, par les Meujeux qui mettent l’accent sur la narration et l’interprétation plutôt qu’uniquement sur les caractéristiques et le combat. Pourtant, les joueurs ont parfois du mal à comprendre ce qu’on attend exactement d’eux en leur demandant de « jouer roleplay ». Voici donc mes 11 conseils pour améliorer son roleplay, en tant que joueur.

  1. Ecrivez un concept de personnage.
    Le concept de personnage est une simple ligne qui définit la base de votre personnage. Il doit être compréhensible et hyper-synthétique. C’est du marketing ! Pour qu’un produit fini soit efficace, il doit être compris en une seule phrase par n’importe qui. A partir de ce concept, vous devrez évidemment étayer et développer votre personnage.
    Exemples de concepts : « Druide errant, traditionnaliste et dépassé par le progrès. », « Paladin fanatique, banni de son temple et devenu sans repère. », « Vétérinaire retraité passionné d’archéologie chinoise. » etc.
  2. Discutez avec votre Meujeu.
    Pendant la phase de création des personnages, ou pendant un moment hors-jeu (surtout pas pendant la partie !), informez votre MJ de la façon dont vous voyez votre personnage et écoutez son avis. C’est en confrontant votre vision de l’univers à la sienne que votre personnage pourra s’ancrer dans le monde du jeu et s’y intégrer.
    Lorsque votre Meujeu vous donne des conseils ou des pistes de modification de votre personnage en ce sens, écoutez-le et modifiez en conséquence.
  3. Prenez des exemples.
    Que votre personnage soit une création originale ou un prétiré, vous pourrez généralement le relier à des figures existantes dans le cinéma, la littérature, la bande-dessinée, le manga etc. Le fait de prendre exemple sur ces personnages pour certaines parties de votre interprétation vous donnera un cadre de base sur lequel travailler.
  4. Libérez-vous de vos exemples.
    Toutefois, attention à ne pas rester enfermé dans vos inspirations. Votre personnage ne sera jamais confronté exactement aux mêmes circonstances qu’Aragorn ou Néo par exemple, et vous vous devez de vous libérer de votre cadre afin de créer un personnage original plutôt qu’une copie sans-âme. D’autant que vos capacités égaleront rarement celles de ces héros épiques, et que vous ne pourrez donc logiquement pas agir comme eux.
  5. Connaissez votre personnage sur le bout des doigts.
    De ses capacités, de sa philosophie, de son historique et de sa personnalité, vous vous devez de connaitre par cœur votre personnage. Rien ne cassera plus votre interprétation que le fait d’être obligé de replonger dans votre historique ou votre fiche de personnalité pour retrouver une information lors d’une discussion dans le jeu. « Il s’appelle comment le mentor à qui j’ai juré ma vie déjà ? »
  6. Gardez du mou.
    Lors de l’écriture de votre personnage, évitez de rentrer dans trop de détails au risque de vous enfermer vous-même dans un carcan. Vous ne pouvez pas tout prévoir à l’avance et vous devez conserver une latitude suffisante dans votre vécu (des zones d’ombre), votre personnalité, et votre philosophie, de manière à pouvoir improviser quand vous serez au cœur du jeu. Ainsi, vous pourrez bougez plus librement en étayant et faisant évoluer votre personnage sur le vif, comme un véritable individu.
  7. Soyez instinctif.
    Tous les personnages agissent avec une part de passion plus ou moins contrôlée. Dès lors, un bon roleplay devra être un minimum instinctif (en fonction de la personnalité du personnage évidemment). Ainsi, vous vous ouvrez au conflit au sein même du groupe, vous défendez un point de vue contraire à « l’utilité immédiate » de la partie, et vous laissez parler les tripes de votre personnage à l’occasion. Si une idée vous parait stupide, dites-le. Si vous préférez l’auberge à la ration de survie, allez-y. Et si on vous le reproche, mordez.
  8. Ne jouez plus, incarnez.
    Votre personnage n’est pas une suite de chiffres optimisés jetée sur une feuille. Pendant le temps de la partie, vous devez l’incarnez pleinement. Ceci passe par le fait de ne parler qu’à la première personne, de nommer les gens autour de la table par les noms de leurs personnages et de jouer tous les dialogues en tant que personnage et pas en tant que joueur. Oubliez les « Je dis au tavernier que… », dites-lui directement.
  9. Parlez, criez, pleurez, riez, chantez, scandez.
    La vie d’un PJ est souvent assez mouvementée, et laisse place à de multiples émotions. Pour faire un roleplay convaincant, il vous faut vous immerger dans votre personnage, et cela passe par réagir comme lui. Haussez le ton pour convaincre, criez lorsque vous êtes hors de vous ou pendant un combat, pleurez sincèrement la mort d’un ami, riez franchement autour d’un bon repas, chantez si vous en avez l’occasion, et scandez allégrement les formules magiques que vous pouvez avoir à utiliser.
    Ce conseil peut être un peu difficile à mettre en place autour d’une table calme. Pourtant, il suffit en général d’un petit coup de pouce pour lancer vos camarades, et créer une très bonne ambiance.
  10. Aimez votre personnage.
    Si ce conseil vous parait risible, je vous assure qu’il ne l’est pas. Il est absolument impossible de produire un bon roleplay sans aimer le personnage qui nous le fait faire. Ceci ne veut pas dire que le personnage doit-être parfait, mais vous devez l’aimer pour ce qu’il est. Après tout, c’est vous qui l’avez créé.
    Souvenez-vous toujours qu’une œuvre d’art nait le plus souvent de la passion que son auteur a mise pour la créer.
  11. Amusez-vous !
    Peut être le seul conseil qui vaille la peine d’être donné. Même le plus débutant des joueurs produira un roleplay plus sincère et de meilleure qualité que le vétéran aguerri, s’il prend du plaisir à jouer et que l’autre se force. Vous êtes venu pour vous amuser, alors n’oubliez pas de le faire.

J’espère que ces conseils pourront vous aider pour améliorer votre interprétation (au besoin). Toutefois, cette liste demeure absolument non exhaustive et subjective. J’en appelle donc aux joueurs expérimentés ou non, avez-vous d’autres conseils à donner pour améliorer le roleplay dans la partie ?

-Saint Epondyle-

Soutenez Cosmo ^{;,;}^
Vous pouvez soutenir Cosmo en réagissant par un commentaire, en partageant les articles et/ou en m'offrant un café (tip tip !). C'est peut-être un détail pour vous, mais pour moi ça veut dire beaucoup. Merci d'être là.

Devenez mécène

2 commentairesVous en pensez quelque-chose ?

  • De bons conseils en effet, l’idée de roleplay perturbe souvent les nouveaux et nouvelles, qui tout simplement n’osent pas, par peur des moqueries. Au mj de mettre à l’aise et de se montrer compréhensif, sinon c’est un écueil insurmontable, qui m’a déjà dégoûté à maintes reprises de parties pourtant intéressantes.

    • Un retour d’expérience ?
      Je me souviens de mon côté que la première évocation de l’idée même de « roleplay » a été on ne peut plus hasardeuse à notre table. Habitués du porte/monstre/trésor, ça a été un peu difficile mais aujourd’hui (10 ans après, putaich !) nos persos sont réellement meilleurs que dans le temps, et franchement l’interprétation est devenue la composante principale de nos parties.

Laissez un commentaire ici plutôt que sur Facebook.