Cosmo [†] Orbüs

Geek Pride | 1.1. Introduction

Geek wallpaper.

~ Cet article est traduit et adapté d’un travail universitaire de mon cru. ~

[I’m not crazy. My mother had me tested.
– Sheldon Cooper, The Big-Bang Theory]

Le problème de la définition

Depuis quelques temps, le « geek » est devenu un terme à la mode, utilisé à tort et à travers pour décrire et définir un large spectre de communautés et d’individus. De l’expert en informatique a l’accro littéraire, du cosplayer au harcore gamer, l’esprit geek semble devenir une nouvelle réalité sociale. Malgré tout, la définition exacte de ce que ce mot signifie est encore assez obscure. Certains travaux récents en sciences humaines nous donnent tout de même d’intéressantes pistes sur ce nouveau sujet. L’objectif de cette série d’articles est donc d’explorer les concepts de ce qu’être un geek signifie, et de ce que la culture geek représente, au travers du prisme des sciences humaines.

Tous les auteurs qui s’y intéressent s’accordent sur la difficulté de circonscrire le phénomène dans une définition claire et unique de ce qu’est la culture geek. « Les ‘geeks’ sont un groupe qui n’a pas été vraiment étudié, qui n’occupe aucune place géographique précise et qui reste difficile à définir clairement. » (Tocci, 2010)¹ En s’accordant sur ce point de vue, et avec pas mal de second degré, Lars Konzack propose une première tentative de définition : « C’est un mouvement intellectuel et culturel. Ça a un lien avec Star Trek, mais certainement rien à voir avec le sport, la musique, la mode ou la nourriture. C’est lié au fait de ne pas être grand-public. » (Konzack, 2006)²

Simultanément, certains auteurs définissent le geek comme quelqu’un dont l’implication dans ses passions dépasse le niveau généralement reconnu comme « normal » par la société. “Le geek est un obsessif passionné : il est lié à l’image d’un paria social et intellectuel, qui agit par le biais d’une maximisation restreinte à un domaine. C’est un expert de la niche spécialisée.” (Faucher, 2010)³

Concrètement Tocci, Konzack et Faucher s’accordent sur plusieurs points concernant la définition du geek. Il s’agit d’un groupe social, composé de personnes qui partagent un certain mode de vie et des références issues de la culture populaire des vingtième et vingt-et-unième. Très impliqués dans leurs passions, les geeks « aiment contribuer artistiquement à la culture geek, et pas seulement la consommer. C’est leur façon à eux de s’amuser. » (Konzack, 2006)²

Geek & nerd

L’appellation « geek » est fortement liée au concept voisin de « nerd ». Si quelques auteurs considèrent les deux comme des synonymes, la plupart des publications font une distinction claire entre les deux. En anglais, l’un ou l’autre sont parfois utilisés indifféremment. En effet, les geeks et les nerds partagent quelques traits communs qui peuvent créer la confusion. Ils n’en demeurent pas moins différents. Les stéréotypes nerds « collectionnent les objets liés au savoir, et sont des consommateurs avides de média ainsi que des fans de science-fiction […] Concernant les vêtements et la mode, le stéréotype du nerd a des caractéristiques typiques : vêtements non-coordonnés, protège-poche, manque d’hygiène personnelle, pantalons trop courts et lunettes réparées à la main ». (Kendall, 1999)⁴

Si l’on creuse un peu plus loin que ces clichés, le principal sujet de distinction entre les deux consiste à considérer les geeks d’un point de vue culturel, et les nerds d’un point de vue technique. « Les GNistes semblent, comme certains de mes interviewés le suggèrent, trop geeks (c’est-à-dire trop rêveurs et immergés dans leur média, trop concentrés sur la valeur d’usage), alors que les collectionneurs semblent trop nerds (c’est-à-dire trop concentrés sur les détails et l’évaluation de l’objet, trop concentrés sur la valeur d’échange). » (Tocci, 2007)⁵ D’autre part, on constate que si le terme geek est utilisé à toutes les sauces et notamment dans des contextes mélioratifs, le nerd reste largement utilisé de façon péjorative à l’instar du no-life (get-a-life en anglais).

La meilleure définition du nerd est proposée par Kendall qui le définit comme quelqu’un qui « aime l’école et y réussit, spécialement dans les cours de sciences. Il a un QI élevé et possède de nombreuses connaissances techniques ésotériques, mais il est socialement incapable. » (Kendall, 1999)⁴ Si cette définition fonctionnait pour décrire également le geek lors de l’apparition du terme dans les années 1980, force est de reconnaître que l’utilisation du terme a évolué bien plus loin depuis.

Les concepts de geek et de nerd sont très proches. Bien moins divers que les geeks, les nerds peuvent à mon sens être considérés comme un sous-genre de geeks, spécialisés dans la connaissance de l’informatique, des sciences ou des disciplines techniques et qui ne brille pas par ses compétences sociales. Comme le terme n’est pas vraiment utilisé en français, j’utiliserai le terme générique de geek, pour désigner toute la sous-culture incluant entre autres les nerds.

Dans les articles suivants, j’évoquerai les fondamentaux de la culture geek d’un point de vue sociologique, avant de m’intéresser à la récente vulgarisation du terme auprès du grand public. Enfin, je m’aventurerai sur un terrain glissant en m’essayant à l’exercice de définition. Vous venez avec moi ?

-Saint Epondyle-

¹ Tocci, J. (2010). Ethnographic Blogging: Reflections on a Methodological Experiment. Journal of Cultural Science.
² Konzack, L. (2006). GeekCulture : The 3rd Counter-Culture. FNG2006. Preston: Aalborg University.
³ Faucher, B. (2010, 09). La figure du « geek » comme stratégie de lecture. Naviguer dans la « pop culture » à l’ère du surplus culturel. Retrieved 10 09, 2012, from http://trans.revues.org: http://trans.revues.org/370.
⁴ Kendall, L. (1999). Nerd Nation: Images of nerds in US popular culture. International Journal of Cultural Studies, 261-283.
⁵ Tocci, J. (2007). The Well-Dressed Geek: Media Appropriation and Subcultural Style. Massachusetts Institue of Technology.

Soutenez Cosmo ^{;,;}^
Vous pouvez soutenir Cosmo en réagissant par un commentaire, en partageant les articles et/ou en m'offrant un café (tip tip !). C'est peut-être un détail pour vous, mais pour moi ça veut dire beaucoup. Merci d'être là.

Devenez mécène
Dans la même série
Geek Pride | 1.2. Les fondamentaux >>

6 commentairesVous en pensez quelque-chose ?

Laissez un commentaire ici plutôt que sur Facebook.