Cosmo [†] Orbüs

Je Suis Au Paradis | Thomas Fersen

[Je n’allais pas passer la nuit, 
Et je faisais une drôle de tête,
Mais sur les douze coups de minuit,
J’ai repris du poil de la bête.
– Thomas Fersen, Les Loups Garous]

Le dernier album de Thomas Fersen est une perle rare, très appréciable dans le petit monde de la scène française actuelle. Et ce, malgré une sortie assez discrète le mois dernier.

Avec des thèmes particulièrement sombres, plus que d’habitude, Je Suis Au Paradis revisite un certain nombre de figures légendaires de la culture populaire, depuis le Comte Dracula (Dracula) jusqu’aux Loups-Garous, en passant par Barbe Bleu et tout un tas de fantômes et de squelettes, qui rapellent les Tableaux Parisiensde l’immense Charles Baudelaire. Enfin, une chanson en particulier, l’Enfant Sorcière, évoque un univers très spécial qui n’est pas sans me remémorer les meilleures nouvelles de Lovecraft au sujet des sorcières de Salem (on citera l’Abomination de Dunwich).

Musicalement, ce nouvel album est fidèle à l’univers de l’artiste, et reprend donc une instrumentalisation assez simple basé sur la guitare, le ukulélé et bien entendu la voix rauque et basse du chant. Les textes sont écrits avec un talent incroyable, et les thèmes que l’on croyait connaitre sont largement appropriés par monsieur Fersen. Les rythmes sont très prenant et la plupart des chansons sont exceptionnelles, malgré les quelques-unes qui sont plus faibles ; ou dont les thèmes me parlent moins je dirais.

Ce nouvel apport au patrimoine musical est à la fois profond et léger, amusant et a la limite du gothique. De fait, cette oeuvre est la plus achevée qu’il m’est été donnée d’écouter ces dernières années ; c’est un album profondément romantique, au sens littéraire du terme. Un romantisme noir associé à un univers fantastique et des textes très bien écrits, j’applaudis. Monsieur Charles Baudelaire cité précédemment à peut-être trouvé un digne successeur. Un peu différent certes, mais en tous cas digne de relever l’héritage.

-Saint Epondyle-

Soutenez Cosmo ^{;,;}^
Vous pouvez soutenir Cosmo en réagissant par un commentaire, en partageant les articles et/ou en m'offrant un café (tip tip !). C'est peut-être un détail pour vous, mais pour moi ça veut dire beaucoup. Merci d'être là.

Devenez mécène

2 commentairesVous en pensez quelque-chose ?

    • La même famille artistique peut-être : celle des poètes.

      Après, vient à chacun la tâche de s'exprimer dans son temps et avec son style. Fersen à peut-être l'humour en plus, là ou Baudelaire avait une certaine innovation par rapport à son époque.

      C'est toujours difficile de rapprocher les contemporains des "grands" classiques, et pourtant ils ne sont pas moins légitimes sous prétexte qu'ils vivent après.

Laissez un commentaire ici plutôt que sur Facebook.