Cosmo [†] Orbüs

Kyo

[Je veux juste une dernière danse,
avant l’ombre et l’indifférence,
Un vertige puis le silence,
Je veux juste une dernière danse !
– Kyo, Dernière danse]

Combien dangereux il est en 2011, pour un blogueur métalleux à la vingtaine passée, que de s’attaquer à la présentation du groupe de rock français Kyo ! En effet, le groupe est mort depuis longtemps et n’a d’actualité que de rumeurs ; en outre, il est connu par les gens de ma génération comme une formation à l’esthétique émo et ciblant donc par définition un public de jeunes naines en mal de révolte contre le joug parental. Pourtant je ne suis pas plus une collégienne qu’en manque de rébellion ; et néanmoins j’avoue aimer plutôt la musique de ce groupe.

Mené par le charismatique blond (Benoit Poher) qui y tient le rôle de leader et de chanteur, le groupe s’est illustré sur la scène française (uniquement) dans les années 90 et 2000, grâce à des tubes comme Le Chemin ou Dernière Danse. Dans ces chansons et dans les autres un peu moins connues (et encore) comme Sad Day ou Je Saigne Encore, le groupe aborde en surjouant le malaise des troubles de l’adolescence et la dépression amoureuse. A cet ensemble est superposée une esthétique urbaine mêlée d’éléments japonisants, dans le plus pur style Linkin Park. Or, Kyo précède le groupe américain de deux ans, et à ce titre peut être reconnu comme relativement fondateur d’une esthétique à présent galvaudée. Certains vont jusqu’à prétendre que le nom du groupe est directement emprunté au nom du manga Samouraï Deeper Kyo. Point sur lequel je ne m’avancerais pas.

La musique elle-même est un rock mesuré et proprement mené (ça ne déborde pas trop), dont les textes sont chantés en français. Même si la qualité de l’écriture des textes n’égale jamais celle de l’immense Damien Saez, et qu’on reste résolument dans de la chanson non-impliquante et donc pas engagée politiquement, je dois dire que les textes sont bien écrits. En outre, ils restent toujours à la hauteur de leurs ambitions, et je préfère une chanson un peu naïve pour traiter d’un thème qui l’est également. Selon les morceaux, on oscille entre le Noir Désir (en moins énervé et engagé), le Linkin Park (sans les échos de musique urbaine), l’Indochine (avec les thèmes abordés et le côté pop-rock) et une touche de Radiohead ; le tout associé à des textes quasiment goldmaniens. Finalement les influences sont bonnes, et sans faire de Kyo la référence ultime en matière de rock français, je pense qu’on peut sans trop de risque le hisser à la hauteur d’autres groupes du genre comme No One Is Innocent ou les bretons Matmatah.

La rumeur sur le net prête au groupe l’intention de revenir avec un nouvel album en 2011. Depuis leur dernière réalisation (300 lésions), les membres du groupe c’étaient dispatchés ici ou là dans d’autres projets plus ou moins reconnus. Deux membres de Kyo, dont le chanteur, ont participé à la fondation du jeune groupe Empyr, dans lequel ils chantent en anglais sur des sonorités plus violentes, plus métal. Personnellement, j’adhère vraiment à cet esprit plus proche de mes orientations métalleuses. Enfin, j’apprécie la prise de risque qui consiste à abandonner un groupe au sommet de sa gloire auprès de toutes les midinettes de France, pour repartir de zéro avec une formation plus violente, plus mature et totalement assumée. Contrairement à Indochine que je citais plus haut, le passage à l’âge adulte à finalement été accompli par les membres de Kyo. Tant mieux pour eux et dans le cas présent, pour nous aussi.

Malgré le fait que le groupe n’ait rien fait de nouveaux depuis des années et que certains de leurs morceaux ont été tellement radiodiffusés qu’ils en sont devenus inécoutables, certaines chansons demeurent très bonnes et méritent d’être (re)découverts. Si vous n’osez pas vous attaquer à un album plutôt qu’a un autre, le Best Of est particulièrement bien fourni, par définition. Ecouter Kyo, c’est un peu retourner au temps où nous étions jeunes, lorsques toutes les filles du collège étaient amoureuses du beau blond à mèche, et que nous autres nous découvrions nos premières sonorités rock. En résumé, je dirais que ça fait du bien.

-Saint Epondyle-

Soutenez Cosmo ^{;,;}^
Vous pouvez soutenir Cosmo en réagissant par un commentaire, en partageant les articles et/ou en m'offrant un café (tip tip !). C'est peut-être un détail pour vous, mais pour moi ça veut dire beaucoup. Merci d'être là.

Devenez mécène

9 commentairesVous en pensez quelque-chose ?

  • Kyo est un groupe que j'ai beaucoup écoute à une époque, justement celle dont tu parles. La fin des années collège, le début des années lycée, tout ça marqué par le deuxième album du groupe. L'album 300 lésions dont tu parles est moins fourni en "tubes", mais n'en reste pas moins écoutable. Et en effet, c'est en écoutant ce genre d'album que je me fais mes séquences nostalgie. Merci pour cet article !

  • J’étais peut-être trop vieux lorsqu’ils sont sortis pour totalement adhérer, mais j’avoue qu’ils ont quelque chose de touchant – « Je saigne encore » m’a d’ailleurs indirectement motivé à écrire une de mes histoires. En revanche, le timbre du chanteur ne m’a jamais convaincu.

    Dans un registre plus « adulte » (c’est dit sans jugement de valeur), j’ai découvert Varsovie, qui m’a procuré la même gamme d’émotions.

    • @Kaa-Chan > Mais de rien. Je pense qu’a notre âge quoi qu’on en dise, Kyo est une référence incontournable d’une certaine époque. Pour ce qui est de rester sensible à leur musique (même la moins « tube ») après le collège, j’imagine qu’il s’agit d’une question de sensibilité musicale.

      @Guillaume44 > Ça ne m’étonne pas trop, curieusement. :p

      @Café-Clope > Pour te faire une idée du timbre du chanteur aujourd’hui (plus mûr je trouve) je te conseille de jeter une oreille à son nouveau groupe : Empyr.
      De mon côté je vais regarder un peu Varsovie, ça m’intrigue.

  • Noté, je vais voir l’hélico presse-tôt; tu peux aller voir le clip de leur morceau éponyme, ainsi qu’un clip non-officiel mais quasiment officiel quand même (tiré des images du « Feu follet » de Louis Malle) de la chanson « Etat civil ». Leurs ambiances et leur style sont pour moi une grosse source d’inspiration.

  • Citer Damien Saez dans un article de kyo je dis merci! J’adore le groupe et ce chanteur tant pour leurs mélodies que pour leurs paroles!
    J’ai connu kyo en étant petite, vers 10ans au sommet de leur gloire puis le groupe c’est arrêté,quelques années plus tard (je n’avais pas oublié!) j’ai recommencé à écouter leurs anciennes chansons et oh! Miracle quelques mois plus tard leur nouvel album « le gral » sort et les voilà reparti dans des tournées et aujourd’hui j’ai l’âge d’aller dans les festivals et les concerts alors je me rattrape!
    J’ai découvert Saez par hasard et si vous aimez les belles paroles je vous conseille d’écouter « les meurtrières », « j’accuse », »fils de France » entre autres!
    Ps: les murs de filles fanatiques existent toujours ;)

    • « Le Graal » est tout de même assez moyen, à l’exception de quelques titres qui se détachent un peu. Je ne sais pas si la re-formation du groupe est une très bonne chose ça sent malgré tout un peu le réchauffé commercial…
      … Un reproche qu’on aurait du mal à faire à l’ami Damien. :)

      Merci de ton commentaire Plume Dorée.

Laissez un commentaire ici plutôt que sur Facebook.