Cosmo [†] Orbüs

Blizzard | Fauve ≠

La couverture de l’EP.

[Trompe-toi, sois imprudent.
Tout n’est pas fragile.
N’attends rien que de toi.]

C’est l’un des phénomènes musicaux du moment sur la Toile : Fauve est un collectif artistique, un ovni dans le paysage musical français. Difficilement classable, le groupe propose des textes bruts, accompagnés d’une instrumentalisation planante d’inspiration électro-rock. Son premier EP, Blizzard, a largement fait parler de lui en quelques mois, et avec un très petit nombre de morceaux. Le moins qu’on puisse dire c’est que Fauve sait ménager ses effets grâce à une recherche esthétique très particulière, des textes enflammés et un style à part.

La musique de Blizzard est un improbable hybride entre du slam asséné -joué- et une musique électro rock d’ambiance. Les textes -très bien écrits- sont plus crachés que parlés, plus scandés que chantés et abordent en vrac des thèmes très durs dans un langage souvent assez cru. Et tant pis si le chanteur n’a pas une belle voix, chaque morceau est pour lui une occasion de livrer une foule d’idées et d’émotions, souvent amères, parfois violentes et toujours chargées d’espoir.

Dans le morceau titre Blizzard (le plus représentatif) ainsi que dans Kané, les thèmes graves de la dépression et du suicide sont abordés de manière directe et percutante, signature du groupe. Dans Nuits fauves et Rub a dub, ce sont le sexe et l’amour qui sont évoqués frontalement pour combattre la morosité et la grisaille ; enfin Haut les coeurs parle de l’incertitude face au futur. D’autres morceaux ne figurent pas sur l’EP mais ont été diffusés sur YouTube, comme Saint Anne, titre dédié à la démence de la vie urbaine, pour lequel j’ai une tendresse particulière.

Toute la poésie de Fauve réside dans un équilibre subtil entre la sincérité des émotions et un rythme très travaillé. Et Blizzard, n’est que ça : de la poésie. L’utilisation de la langue de manière brute et très actuelle mais néanmoins construite et très travaillée rappellera sans doute les textes de Renaud à son époque, et de Saez dans certaines thématiques. Peu importe en vérité que le groupe ne fasse aucune prouesse technique, ou que le chanteur n’ait pas une belle voix. Les membres de Fauve savent y faire pour asséner des baffes dans la gueule de notre déprime, et frapper dans le mille de sentiments trop souvent inexprimées.

Pour être franc la première fois que j’ai écouté Fauve, j’ai été plus que perplexe. Il faut dire que le groupe et ses fans ont quelque-chose d’énervant, et que ses textes frôlent parfois le ridicule, le monologue du clip de Blizzard en particulier. D’une certaine manière, Fauve est une caricature de groupe bobo parisien à la musique pseudo avant-gardiste. Et après son succès aussi rapide qu’inattendu, avant même la sortie de son premier album, charge maintenant au groupe d’asseoir définitivement son identité artistique en la développant. L’avenir nous dira si un tel projet créatif peut tenir la durée sans se condamner à la répétition. Personnellement, je demande à voir.

-Saint Epondyle-

Soutenez Cosmo ^{;,;}^
Vous pouvez soutenir Cosmo en réagissant par un commentaire, en partageant les articles et/ou en m'offrant un café (tip tip !). C'est peut-être un détail pour vous, mais pour moi ça veut dire beaucoup. Merci d'être là.

Devenez mécène
   

Laissez un commentaire ici plutôt que sur Facebook.