Cosmo [†] Orbüs

Millénium 1, Les hommes qui n’aimaient pas les femmes | Stieg Larsson

La nouvelle édition poche chez Babel Noir

[Lisbeth Salander, en bref,
était tout sauf maniable.]

La sortie du dernier film de David Fincher, m’a donné envie de découvrir la trilogie au succès international écrite par Stieg Larsson : Millénium. En m’inscrivant à une lecture commune dans la foulée, j’ai pu découvrir l’écriture et l’univers de ce best-seller. C’est ainsi que je vous livre aujourd’hui mon opinion sur le premier roman de la série : Les hommes qui n’aimaient pas les femmes.

Je dois dire que j’ai plutôt dévoré ce roman de plus de 700 pages, moi dont le rythme de lecture est assez lent d’ordinaire, et qui n’engloutit pas plusieurs centaines de pages si vite que ça habituellement. Force donc est de reconnaître le côté envoûtant et extrêmement immersif de ce polar « page turner ». Et puisqu’il a été initialement écrit en suédois, personne ne viendra me reprocher de l’avoir lu en français.

L’action se déroule au coeur de la Suède profonde. Et comme l’intrigue est strictement respéctée dans l’adpatation cinématographique récente de David Fincher, je reprend mon pitch de l’époque.

Dans la Suède contemporaine, un capitaine d’industrie à la retraite, Erik Vanger, fait appel à un journaliste économique en disgrâce pour résoudre une affaire énigmatique non élucidée depuis quarante ans. Sous couvert de la rédaction des mémoires de son employeur, Mikael Blomkvist sera amené à faire équipe avec Lisbeth Salander, une marginale dôtée de talents d’investigation hors-norme. A eux deux, ils vont se plonger dans l’histoire trouble de cette famille afin d’en dévoiler le lourd secret.

Le roman met principalement en scène deux personnages principaux, Mikael Blomkvist et Lisbeth Salander. Si le premier est un portrait assez évident de l’auteur, journaliste d’investigation économique là ou Larsson était un journaliste engagé contre l’extrême droite, l’autre est une investigatrice sociopathe sans foi ni loi, sortie de son imagination. Le premier est d’un intérêt assez limité, là ou la seconde donne toute son originalité et sa profondeur au roman ; si j’osais, je dirais même qu’il lui donne tout son intérêt.

La vraie originalité de Millenium est donc ce personnage de Lisbeth Salander, investigatrice de génie mais totalement déconnectée de la réalité des « honnêtes gens ». Brutalisée en permanence par la vie depuis son plus jeune âge, la jeune femme de vingt-cinq ans est déterminée depuis longtemps à rendre coup pour coup, faisant de son existence une sorte de fuite en avant démentielle la rendant incompréhensible et incontrôlable par la société et les gens qui la côtoient. Punk, hackeuse, motarde, bisexuelle, sociopathe, Lisbeth est un personnage à la fois mystérieux, cohérent et diablement attachant. C’est la raison principale qui donne envie de continuer la lecture de la saga Millenium, là ou le deuxième personnage principal, Blomkvist, fait figure de bobo suédois imbu de lui-même, apple-addict et franchement à peine aussi profond que le gobelet du Starbucks Coffee dont il est friand.

Si je cite allégrement toutes ces marques commerciales bien connues des bobos occidentaux (que nous sommes, arg !), c’est que Millenium est un roman qui se veut réaliste, et qui réussit à peindre un tableau précis des situations, lieux et personnages qu’il décrit. A tel point que l’auteur se fend de placer un grand nombre de marques et précisions inutiles mais réalistes tout au long de sa narration (des placements de produits littéraires donc). Du train de 16h08 à la capacité de 100 Go du disque dur du PowerBook de Lisbeth, on ne nous épargne aucun détail. Les séquences de descriptions par le menu des actions effectuées leurs ordinateurs par les personnages (nom des logiciels inclus) frôlent parfois le ridicule et toujours la lourdeur. En plus d’utiliser un style très contemporain, sans tournure ou expression trop complexe, Larsson décrit tout sans rien omettre ; souvent pour notre plus grand ennui. « Mikael Blomkvist décida de manger un morceau, et se rendit chez Konsum à pied en traversant le pont pour acheter du pain de mie (arrivant à péremption sept jours plus tard), du cheddar de la marque Cheesemania et du jambon sous vide. Il paya la somme de 6 couronnes et 30 cents avant de reprendre le chemin de la maison. Là, il se confectionna un sandwich devant une vidéo de lolcat sur http://www.youtube.com en basse résolution, la vitesse de la connexion du village étant limitée à 512ko/s. » Cette simplicité dans le style explique également le fait que le roman soit si facile à lire.

L’intrigue se déroule à cheval entre la campagne suédoise des alentours d’Hedestad et la capitale du pays, Stockholm. Entre les univers feutrés de la richissime famille Vanger et le froid qui enveloppe tout se devine petit à petit une vérité extrêmement sordide et violente, plus glaciale encore. Stieg Larsson est assez bon pour raconter son histoire, malgré un démarrage de l’intrigue beaucoup trop mou, et de nombreuses longueurs tout au long d’un roman au moins un tiers trop long. Malgré tout, on enchaîne les chapitres très vite et donc le bouquin tout entier également. Difficile de dire quoi que ce soit sans dévoiler l’intrigue, qui d’ailleurs ne se distingue pas particulièrement par son originalité. Malgré tout, Stieg Larsson pêche une nouvelle fois à la fin de son histoire en nous proposant une conclusion d’une immodestie absolue, et franchement malvenue quand on sait à quel point son personnage masculin lui ressemblais en tant que personne. On a vu plus fin.

Pour autant, Millenium est un bon polar qui se lit très facilement et qui est fort bien ancré dans son époque. Sans avoir la virtuosité d’un roman policier d’Agatha Christie ni le charme des personnages de Fred Vargas, il n’en demeure pas moins une oeuvre à l’ambiance et aux personnages très bien travaillés. En attendant de lire les tomes suivants dont je me suis laissé faire l’éloge, je peux déjà affirmer que Millenium est le genre de série littéraire dont on se souviens un bon moment.

-Saint Epondyle-

 Cet ouvrage a été lu dans le cadre de la lecture commune de la trilogie Millénium,
organisée par Asuna du forum
Livr@ddictVoici la liste des autres participants.

Vozrozhdenyie
Ayma
Gustave le chat
Rose
Stellade
pimousse4783
Tchae
Crunches
Dead Souls
(Mandy)
Quai Des Amoureux
Boubou
Karya
Demolyna
Caya
Arlavor
(PetiteMarie)
petit_speculoos (tome 3)
Esperana
Naki2164
(julien le naufragé)
Gummis (tome 2)
Luna (tomes 2 et 3)
Emisa
Crazyprof
Touloulou

Soutenez Cosmo ^{;,;}^
Vous pouvez soutenir Cosmo en réagissant par un commentaire, en partageant les articles et/ou en m'offrant un café (tip tip !). C'est peut-être un détail pour vous, mais pour moi ça veut dire beaucoup. Merci d'être là.

Devenez mécène

Un seul commentaireVous en pensez quelque-chose ?

  • Je n’avais pas vu ta chronique. Bon tu connais déjà la virulence de mes pensées, mais on se retrouve sur certains points.

    Je fais le processus inverse, maintenant je vais pouvoir regarder les deux films.

Laissez un commentaire ici plutôt que sur Facebook.