Cosmo [†] Orbüs

Riverdream | George RR Martin

[Jusqu’à la fin de ses jours, Abner Marsh devait se rappeler cet instant, ce premier regard droit dans les yeux de Joshua York.]

A l’heure où le mythe du vampire est à l’honneur dans toutes les librairies, pour de mauvaises raisons, je voudrais revenir sur un roman du prolifique George RR Martin : Riverdream. Publié en France par les éditions J’ai Lu (grand pourvoyeur de fantastique au pays de Molière), et en version originale par Mnémos sous le titre Fevredream, il s’agit d’une puissante digression de l’auteur dans un domaine pour lequel il n’est pas particulièrement attendu : le fantastique.

En effet, George RR Martin est largement plus connu et reconnu pour sa saga épique du Trône de Fer (A Song of Ice and Fire) que pour cette « petite » histoire de vampires, pourtant particulièrement bien menée. L’histoire prend place en Louisiane, sur les rives du fleuve Mississippi, au coeur d’un dix-neuvième siècle obscur et tourmenté. Sur le fleuve circulent de puissants bateaux à vapeur qui acheminent les marchandises de la nouvelle Orléans aux villes de l’amont. Les armateurs et les capitaines sont connus de tous et la réputation de chaque navire circulant sur le fleuve n’est plus à faire.

C’est dans ce décor obscurcit par la fumée des cheminées de vapeur que le capitaine Abner Marsh vient de voir ses 5 navires coulés par un givre particulièrement rigoureux. Probablement destiné à la faillite et à la ruine, le capitaine va voir arriver dans sa vie un mystérieux individu, qui va lui proposer de financer totalement la réalisation du plus gros et du plus puissant vapeur jamais construit : le Rêve de Fèvre. Comme seule condition, Joshua York demandera qu’une suite lui soit réservée en permanence et qu’à l’envie, le capitaine dévie de sa trajectoire pour se rendre là ou York lui demandera d’aller. Devant la perspective de commander le plus rapide et le plus luxueux des navires du fleuve et de sauver ainsi ses affaires, Abner Marsh acceptera de passer un accord avec son mystérieux associé.

Bientôt, d’étranges évènements surviendront dans le sillage du Rêve de Fèvre, dont la réputation se ternira peu à peu. L’étrange Joshua York, cloîtré toute la journée dans sa suite, ne tardera pas à éveiller les soupçons.

Riverdream est une réinterprétation du mythe du vampire, le vrai, inauguré par Bram Stocker. Réadapté, le mythe redevient vraiment original et ténébreux. L’atmosphère du Bayou et l’univers des vapeurs du Mississippi donne au roman une vrai originalité qui rappelle tantôt Entretien avec un vampire d’Anne Rice, tantôt Dracula, de Bram Stocker. On y découvre une écriture d’ambiance, assez éloignée des fresques du Trône de Fer et de ses centaines de personnages, mais qui partage un goût pour les intrigues et les conspirations complexes.

En conclusion, Riverdream est un excellent roman de vampires, qui ne sacrifie pas son intrigue sur l’autel de l’ambiance, mais tient un équilibre délicat entre les deux. Avec son ambiance qui rappellera au rôliste averti de bons souvenirs de Vampire la Mascarade, ce roman ravira les amateurs de fantastique, mais pas uniquement. A découvrir, que vous connaissiez déjà George RR Martin, ou pas.

Soutenez Cosmo ^{;,;}^
Vous pouvez soutenir Cosmo en réagissant par un commentaire, en partageant les articles et/ou en m'offrant un café (tip tip !). C'est peut-être un détail pour vous, mais pour moi ça veut dire beaucoup. Merci d'être là.

Devenez mécène

Laissez un commentaire ici plutôt que sur Facebook.