Cosmo [†] Orbüs

[Jeu vidéo] Dragon Age Origins

[In War, Victory. In Peace, Vigilance. In Death, Sacrifice.
– Grey Wardens’ moto]

Dernière parution du studio Bioware, Dragon Age Origins est le successeur déclaré et légitime des illustres Baldur’s Gate 1 et 2. Jusqu’a maintenant, aucun JdR sur ordinateur ne m’avait autant immergé depuis Oblivion.

Le gameplay de DAO est une sorte de système donjesque simplifié, à mi chemin entre un bon Donj et un Diablo complexifié. Rien de très original de ce côté, si ce n’est l’aspect un peu linéaire de l’ascension dans les niveaux. Contrairement à BG2 qui nous permettait d’incarner et d’affronter des mages surpuissants à haut niveau contre n’importe quel adversaire et de jouer des duels épiques entre mages cagoulés, Irenicus et autres fiélons du puits, DAO est très équilibré entre les classes de personnage, et laisse donc un peu plus de place à la tactique qu’un Morrowind, très rentre-dedans, par exemple. Le système de pauses dynamique et de gestion de groupe a été repris, bien que non assumé aussi loin que dans BG2 puisque les groupes sont limités à 4 personnages. Les combats, qui représentent une part très importante du jeu, sont épiques et très dynamiques ;  notamment contre les boss du jeu.

C’est dans l’univers du jeu que DAO montre tout son côté immersif. Sans entrer dans les détails, ce jeu propose un univers très travaillé sans être indigeste. Les plus gros clichés et les « grands classiques » sont plus présents que jamais, mais entremêlés d’autres éléments franchement surprenant. Que ça soit par la nature des armées des ténèbres (The darkspawns in english) ou même par leur aspect visuel, on ne peut pas s’empêcher de penser au Seigneur des Anneaux de Peter Jackson, que l’on ne présente plus.

Moi qui recherche désormais dans les jeux vidéos en particulier un dynamisme très important qu’il est difficile d’obtenir dans un JdR dans lequel les combats sont nécessairement longs et parfois poussifs, j’ai trouvé dans DAO un excellent moyen de non seulement combattre les forces du mal en temps réel, mais également de suivre un scénario plein de rebondissements, de rencontrer des PNJs attachants, déplaisants voir franchement salauds, bref une très bonne porte pour s’évader entre un cours de compta et une préparation de Cthulhu.

A jouer absolument.

Ci après, le trailer officiel du jeu (bien qu’il soit déja sorti depuis longtemps) qui a l’originalité d’utiliser une musique de Marilyn Manson comme BO. C’est suffisamment rare pour être signalé.

Soutenez Cosmo ^{;,;}^
Vous pouvez soutenir Cosmo en réagissant par un commentaire, en partageant les articles et/ou en m'offrant un café (tip tip !). C'est peut-être un détail pour vous, mais pour moi ça veut dire beaucoup. Merci d'être là.

Devenez mécène

Laissez un commentaire ici plutôt que sur Facebook.