Cosmo [†] Orbüs

Minority Report | Steven Spielberg, 2002

[Le futur vous rattrape.]

S’il est bien un auteur adaptable facilement et avec succès au cinéma, c’est bien Philip K Dick. Ceci du fait de ses histoires futuristes mêlant généralement un univers cohérent et attractif, une histoire très bien ficelée et intelligente, plusieurs pistes de réflexion philosophiques et une dose d’action à grand spectacle appréciable. On citera volontiers les films Blade Runner, Total Recall, PayCheck et A Scanner Darkly, ainsi bien entendu que le très remarqué Minority Report réalisé par Steven Spielberg en 2002.

Dans une société américaine futuriste, la police a réussi à vaincre totalement le crime de sang prémédité. Grâce aux talents de divination de trois pré-cognitifs, les meurtres sont repérés à l’avance et empêchés par la une unité de police spécialisée : l’unité Précrime.

John Anderton est l’inspecteur de Précrime qui décrypte les signaux envoyés par les précogs. C’est lui qui se charge de repérer les crimes en avance et d’intercepter leurs futurs auteurs. Or, sa vie change le jour ou John reçoit l’image de lui-même assassinant un parfait inconnu 36 heures plus tard. Contre ses propres hommes et ce futur possible, s’engage une course-poursuite.

Minority Report est un cas d’école en matière de récit K Dickien. Comme souvent, le thème principal tourne autour du fait que les personnages connaissent le futur et tentent de le changer. En essayant de ne pas commettre le futur meurtre dans lequel il s’est vu impliqué ; Anderton essaie de conquérir se liberté face au destin. Tout le suspens du film réside donc dans la question : « va-t-il pouvoir y échapper ? »

Le scénario se base essentiellement sur cette interrogation, mixée avec une enquête policière menée par le héros pour comprendre pourquoi il devrait tuer quelqu’un qu’il ne connait pas, ainsi qu’avec une vision de notre monde dans un futur proche assez crédible et inventive. L’histoire est largement bien construite et intéressante, et lors d’un premier visionnage le film tient vraiment en haleine jusq’au dénouement. En outre, Spielberg est un réalisateur de talent (vous l’ignoriez ?), et nous propose ici un futur crédible. En évitant le piège du futurisme kitsch et grandiloquent, le film réussit à créer une ambiance de technologie omniprésente mais bien dosée. Les publicités ciblées selon les personnes qui passent devant ou le très célèbre ordinateur tactile de Précrime sont autant d’exemple de technologies qui sont en passe d’exister aujourd’hui.

Dommage toutefois qu’on ne nous épargne pas l’éternel héros insipide de l’inspecteur au passé trouble ; même si Tom Cruise réussit à donner un peu de corps à cette figure tellement vue et revue. Qu’on l’aime ou pas, l’acteur est ici dans ses meilleurs jours, comparable a son rôle dans le premier opus de Mission : Impossible. Et ce talent, l’acteur en a grand besoin pour tenir le rôle qui occupe les neuf dixième du film.

Hollywood oblige, Minority Report laisse également la part belle à un certain nombre de scènes d’action assez tonitruantes. Et même si le scénario et la reconstitution futuriste forment l’essentiel du film, les bastons et autres poursuites ne sont pas en reste. Pas de kung-fu ou de superpouvoirs, mais un bon nombre de cabrioles et de cascades qui raviront les amateurs.

En conclusion, Minority Report est un film culte pour tous les amateurs de science fiction. D’une manière générale, c’est également l’une des réalisations les plus intelligentes en la matière, qui explore des pistes de réflexions très interessantes et dessine une vision de l’avenir vraiment bien renseignée et créative. Avec l’idée de contrôle exacerbé de la population et de punition des crimes futurs (et donc pas encore commis), le film pose les bases de réflexions philosophiques majeures propres à l’auteur dont il est tiré. Il s’agit d’un incontournable de son réalisateur, mais également de son acteur phare dont l’âge d’or semble bel et bien passé. Minority Report est un blockbuster intelligent à mi chemin entre Matrix, V pour Vendetta et Blade Runner. En deux mots : a voir.

-Saint Epondyle-

Soutenez Cosmo ^{;,;}^
Vous pouvez soutenir Cosmo en réagissant par un commentaire, en partageant les articles et/ou en m'offrant un café (tip tip !). C'est peut-être un détail pour vous, mais pour moi ça veut dire beaucoup. Merci d'être là.

Devenez mécène

3 commentairesVous en pensez quelque-chose ?

  • Je suis globalement d'accord: Minority Report est un bon film de science-fiction avec un certain nombre de scènes cultes. Faut juste virer la dernière minute façon "collection Harlequin", qui noie l'ensemble dans la guimauve.

  • C'est d'après moi le dernier bon film de Steven Spielberg, je n'aime pas trop ce qu'il a fait après ça. Pareil pour Tom, on sent qu'il n'est pas encore revenu à son niveau d'acteur de l'époque. Et puis la technologie des gants et de l'écran est encore utilisée de nos jours pour montrer des appareils technologiques.

Laissez un commentaire ici plutôt que sur Facebook.