Cosmo [†] Orbüs

La Route | Chef-d’oeuvre post-apocalyptique

La très belle affiche anglaise.

[Tu crois que je viens
d’un autre monde, non ?]

De la même manière que le roman éponyme de Cormac McCarthy, le film La Route m’a longtemps attiré sans que je franchisse le pas de le voir. Si dans le cas du roman, c’est surtout l’inertie qui me retint pendant assez longtemps, je tenais à ne pas voir le film avant d’en avoir lu l’oeuvre originale. Et après l’avoir fait, j’avais évidemment peur d’être déçu par une adaptation qui trahirait le chef-d’oeuvre littéraire.

Et puis curiosité aidant, j’ai finis par regarder La Route en compagnie de l’oeil acéré de mon grand frère. Dans un contexte post-apocalyptique réaliste, le film met en scène des personnages livrés à eux-même après la fin du monde tel que nous le connaissons.

Des années après qu’un cataclysme ait tout ravagé et laissé le monde mort et l’humanité sans espoir, un homme et son fils survivent en suivant une route vers la mer. Dans les ruines du monde d’avant, déjà pillées depuis longtemps, ils croisent parfois des survivants.

Mais comment faire confiance dans un monde de cendres où chacun lutte pour survivre et où les groupes de cannibales sillonnent les campagnes à la recherche de proies ? Livrés à eux-mêmes, l’homme et son fils marchent pour survivre.

Le film suit l’essentiel de la trame et du propos du roman, en l’adaptant à son format. Un peu moins contemplatif, un peu moins lent, certaines scènes ont été ajoutées pour compléter une histoire assez vide d’événements. Il n’en demeure pas moins que le message du film demeure tout à fait en phase avec celui de l’oeuvre originale, dans toute sa puissance narrative et philosophique. Malgré un univers foncièrement pessimiste, La Route est un discours sur la vie et sur la persistance de l’espoir lorsque tout semble perdu. Envers et contre l’apocalypse, les personnages survivent et entretiennent leur « feu intérieur ». Pas par espoir de reconstruire ni de retrouver leur vie d’avant, mais par simplissime et irrépressible désir de vivre, un jour de plus.

Comme le roman, le film est dépouillé de tout élément superflu. En ce situant au niveau des individus, et en laissant de nombreux vides dans le récit, jusqu’aux personnages et aux lieux qui sont anonymes, l’histoire est autant montrée que suggérée. A chacun de se projeter sur le récit sa propre imagination et ses propres peurs. Aux préoccupations de survie les plus triviales comme la recherche de la nourriture ou de chaussures utilisables le disputent les pensées philosophiques les plus profondes sur le sens et la fragilité de la vie, la morale et la notion d’humanité. Des thèmes extrêmement lourds qu’abordent l’homme et son enfant avec la simplicité de ceux qui n’ont plus rien.

L’homme et son fils : Viggo Mortensen et Kodi Smith-McPhee.

Des décors aux personnages en passant par la bande-son, l’ensemble des choix esthétiques du film sont très cohérents et teintent l’ensemble d’une atmosphère sinistre comme j’ai rarement vu au cinéma, tout à fait adaptée au propos du film. La musique calme au piano alterne avec les sons de rock atmosphérique plus agressifs pour les scènes de tension. Dans des espaces gris et désertés très impressionnants, les personnages suivent leur route avec l’acharnement du désespoir. Ou les mènera-t-elle ? A travers les épreuves et l’angoisse, peut-être vers une amélioration de leur situation. Mais sans doute pas.

Bien que d’autres personnages fassent parfois leur apparition sur le chemin, ce sont bien l’homme et son fils, Viggo Mortensen et Kodi Smith-McPhee, qui crèvent l’écran et s’imposent comme une évidence. Le personnage de la mère -interprété avec justesse par Charlize Theron- fait également quelques apparitions lors de flashbacks où un passé idéalisé tranche avec la situation présente. Heureusement discrets, ces ajouts ne compromettent pas du tout l’esprit de l’oeuvre, bien au contraire. Impossible de rester insensible à la souffrance des personnages, de ne pas comprendre leur espoir irrationnel et de ne pas trembler d’horreur face à leurs infâmes dilemmes moraux où le bien et le mal deviennent des concepts de plus en plus flous.

La Route est un film immense, qui réussit par sa simplicité et sa profondeur à inventer une nouvelle vision du genre post-apocalyptique. En digérant parfaitement le roman de McCarthy, John Hillcoat l’adapte aux contraintes du cinéma avec un respect absolu de son univers et de son message. Il traduit le chef-d’oeuvre littéraire en un film bouleversant et d’une violence psychologique extrême. Profondément intelligent, c’est un chef-d’oeuvre du cinéma contemporain, plus plombant pour le moral que n’importe quoi d’autre, et magnifique à en chialer.

-Saint Epondyle-

Soutenez Cosmo ^{;,;}^
Vous pouvez soutenir Cosmo en réagissant par un commentaire, en partageant les articles et/ou en m'offrant un café (tip tip !). C'est peut-être un détail pour vous, mais pour moi ça veut dire beaucoup. Merci d'être là.

Devenez mécène

12 commentairesVous en pensez quelque-chose ?

  • Pour le coup, le film m’attire plus que le livre – chose rare chez moi ! – y’a pas de zombies, hein ? J’aime pas trop les films de zombies… C’est puéril, certes, mais j’ai vraiment du mal avec les corps refroidis mais qui marchent encore, qui mangent des gens et qui ont un aspect un peu gluant !

    Donc, si y’a pas de zombie, je tente aussi. Et tu me donnes tellement d’idées de films que je me souviendrai jamais de tout ça !

    • C’est pour ça que Cosmo est accessible 24/24, pas besoin de te rappeler ! :D

      Plus sérieusement, il n’y a pas de zombies dans La Route. Ceci dit, c’est pas un film facile à regarder pour autant vu la violence morale qu’il dégage. Mais au final, les très très bons films sont rarement sont dont on sort indemnes.

  • Ça me donne envie de lire le livre *et* de voir le film : à choisir, lequel recommandes-tu en premier ? (j’inclinerais plus à lire le livre en premier, sans avis extérieur)

    La thématique me rappelle un livre de Bordage (Le feu de Dieu), je ne sais pas si l’un a inspiré l’autre, ou pas.

  • Force et bravitude, l’ami!
    J’ai lu le livre et vu le film deux fois. Et je dois dire que, par rapport au bouquin, le film est très faiblard, pour plusieurs raisons:
    -le livre étant très abstrait, lui donner une consistance par les images « impose » une vision spécifique, plutôt que d’inciter le public à tout s’imaginer par lui-même.
    -d’une portée et d’un propos très vastes, le livre va bien plus loin que le film, qui n’est plus « que » un récit du genre post-apo, ce qui en limite encore la portée.
    -enfin, le film est plombé par des références chrétiennes, ce qui en atténue encore la portée philosophique et émotionnelle. (la faute à la prod, pourra-t-on supposer)

    En revanche, EN SOI, le film est carrément un véritable chef d’oeuvre absolument incontournable dans le genre du post apo réaliste, sinon LE meilleur jusqu’à présent. Viggo Mortensen est vraiment un bon acteur.

    • Tu as parfaitement, principalement sur le fait que le film propose avant tout une vision particulière du bouquin et qu’il serait possible d’en avoir une autre. Ceci étant, c’est également ce qu’on attend (ou ce que j’attend) d’une adaptation au cinéma que de donner un éclairage particulier à une oeuvre.
      Sinon on se retrouve avec le Da Vinci Code, adapté avec le classicisme le plus rébarbatif du monde là ou un peu de créativité de la part de l’adaptation aurait été fort bienvenue.

      M’enfin, en termes de monument de la littérature, comparer La Route avec ce roman de gare amélioré, c’est un peu maladroit.

      Et effectivement, le film est un chef-d’oeuvre. Je trouve que depuis le SDA, Viggo Mortensen à le don pour choisir ses films. Sa présence à l’affiche est presque un gage de qualité.

    • Oui c’est aussi un bon film. Même si le sujet m’a un peu moins marqué que d’autres du duo Cronenberg/Viggo (notamment Les Promesses de l’Ombre qui est excellent). Après, sans doute que mon peu d’attrait pour la psychanalyse et ma faible connaissance des personnages historiques de Freud et Jung m’ont un peu bloqué.

      Bon film néanmoins, ou on découvre que Keira Knightley est une actrice. Ce qui est déja une surprise en soi.

  • Mon avis est peut-être un peu biaisé, car c’est justement un sujet qui m’intéresse, mais je crois que le vrai sujet, c’est la confrontation de deux egos surdimensionnés, à la limite de l’imposture. Permets-moi de plaider pour une seconde vision.

    Et Keira Knightley est bel et bien une actrice. Bandante. (chérie, si tu me lis, c’est de la rhétorique!)

    • J’ai tellement eu conscience de passer à côté de quelque chose que je me suis même abstenu d’écrire un article après avoir vu le film. Dans tous les cas, ta plaidoirie est retenue : je le reverrai à l’occasion. :)

      Quand à Knightley, ce film l’a replacée dans la zone-neutre pour moi. Un peu comme Kirsten Stewart après que je l’ai vue dans Into the Wild. Balle au centre, à elles de jouer.

  • Bonsoir, je suis tombée en arrêt devant Viggo Mortensen… !
    quant au psychiatre connu ! c’est un usurpateur ! félon et félé !!! une véritable ordure..
    Vive les JEUNES !!! vous êtes tous passionnés et super..
    signé Une Maman

Laissez un commentaire ici plutôt que sur Facebook.