Cosmo [†] Orbüs

[Film] Equilibrium

[Marche doucement, parce que tu marches sur mes rêves.]

Sorti dans une certaine indifférence en 2002, le film Equilibrium n’est en tous cas pas resté dans la mémoire collective. Ce film est une énigme, à la fois nanar indéniable et film-concept plein de bonnes idées plus ou moins bien exploitées.

Au niveau de la réalisation, imaginez un nanar sans grosse erreur de mise en scène (mais quelques frôlements dangereux) ; un bon film hollywoodien sans tête d’affiche (mis à part un Christian Bale, encore inconnu à l’époque) ; le tout tourné dans un style futuriste, post-apo aseptisé, plagiant Matrix à l’envie.

Bien sûr et comme souvent, je pense que cette entrée en matière n’est pas des plus attractives. Toutefois, force m’est d’avouer que malgré ces nombreux aspects de la médiocrité que je viens de vous énumérer, le film mobilise de nombreuses bonnes idées scénaristiques et visuelles.

Le pitch est relativement simple, et pourrait être celui d’un roman de Ray Bradbury, George Orwell ou Philip K Dick. Sur les ruines d’un monde ravagé par la troisième guerre mondiale, l’humanité à décidé de ne plus jamais laisser l’horreur s’abattre sur elle. Pour être certaine de ne plus voir la guerre renaitre de ses cendres, l’humanité a décidé de s’affranchir de ce qu’elle considère comme la source de son autodestruction : ses émotions.

Alors, au sein d’une dictature de la rationalité et de l’absence totale de sentiment, des foules d’humains dénaturés accomplissent leurs tâches quotidiennes sans le moindre accroc, en écoutant les sermons du « Père ». Les Recteurs Tetragramaton sont une police d’élite, dont la mission est de traquer les « déviants émotionnels », retranchés dans les enfers, tout autour de la ville de Libria, le décor du film à l’architecture hitlérienne (ou speerienne pour être exact). Ce monde sans émotion est régit par un accomplissement rationnel des tâches utiles à la collectivité, totalement aseptisé, gris et dénué de vie.

Le rôle principal est tenu par Christian Bale, parfaitement crédible dans le rôle du Recteur Tetragramaton sans émotion puisque son jeu d’acteur se limite à une admirable imitation de l’huitre du Mont-Saint-Michel assoupie. On constate deux variantes dans le jeu d’acteur de celui qui devint par la suite Bruce Wayne (aka Batman) : L’absence d’émotion (Bouche fermée, yeux affirmés, air sur de lui et blasé) et la présence d’émotion (Bouche grande ouverte, hyperventilation, yeux exorbités, air de cocker halluciné). Avec le jeu d’acteur de Christian Bale, le fait d’éprouver un sentiment et de faire une crise d’asthme n’ont jamais été si proches. Ça ne s’est d’ailleurs pas vraiment arrangé depuis.

Malgré tout, Equilibrium reste un film assez surprenant et plutôt sympathique dans son traitement visuel et scénaristique d’une intrigue très K Dickienne. Pour peu que vous aimiez ce type de films et que vous appréciez les scènes de baston au flingue et d’arts martiaux, vous trouverez dans Equilibrium un très bon divertissement.

Initialement, j’ai vu Equilibrium en guise de prélude à une partie de JdR chez Pix (celui par qui tout est arrivé). En effet, la partie de ce jour là se déroulait dans un monde futuriste et avec des personnages du même genre que ceux du film. Je me souviens qu’il s’agissait d’un JdR amateur qui avait pour particularité de permettre aux personnages de mettre en scène leurs actions et leurs combats en multipliant les descriptions. Sommairement, plus une action était décrite et plus le joueur accumulait de bonus pour la réussir lors de son jet. Aussi, Meujeu et joueurs se lançaient dans des joutes verbales descriptives pour faire triompher leur parti. Imaginez que pour effectuer les pirouettes de Néo les plus sophistiquées, il vous suffise de les décrire avec aisance, fluidité et réalisme. Une idée originale et attrayante. Mais ça, on en parlera un autre jour.

Soutenez Cosmo ^{;,;}^
Vous pouvez soutenir Cosmo en réagissant par un commentaire, en partageant les articles et/ou en m'offrant un café (tip tip !). C'est peut-être un détail pour vous, mais pour moi ça veut dire beaucoup. Merci d'être là.

Devenez mécène

3 commentairesVous en pensez quelque-chose ?

  • t'as besoin de voir plus de films avec Christian Bale(y a pas que Batman dans sa vie) et je me souviens encore que j'ai dû attendre 6 mois de réservation au Vidéoclub pour voir ce petit film sympa de SF

  • Oh! En voilà un film qu'il est pas si connu!

    En fait après avoir vu ce film, j'avais eu une plutôt bonne impression générale. Après l'avoir revu (un exploit en soi), je me suis demandé comment j'avais pu aimer un tel navet.

    Globalement le contexte est plutôt alléchant. Pour un fan de 1984; Fahrenheit 451 ou du meilleur des mondes, le monde d'Equilibrium a tout pour séduire. Bon il faut dire que je suis fan de Christian Bale, ça doit aider ^^

    Mais voila que viennent les premières scènes d'action avec une espèce de Kung-Fu "probabiliste", des musiques d'action de djeuns et des costumes proches du déguisement de foire…

    Sans compter une intrigue aussi fine que du papier à cigarette et de la profondeur d'une mare aux canards…

    Globalement assez déçu par ce film qui promettait beaucoup!

Laissez un commentaire ici plutôt que sur Facebook.