Cosmo [†] Orbüs

[Film] Des hommes et des dieux

[Je n’ai pas peur des terroristes, et encore moins de l’armée !
Je ne crains pas la mort non plus je… Je suis un homme libre.]

La présence de Lambert Wilson dans un bon film est suffisamment rare pour être notée. Si le film est en plus primé par le Grand Prix du Jury du Festival de Cannes, il mérite vraiment d’être vu. En l’occurrence, je suis allé voir aujourd’hui les deux films « du moment », dont le dernier film de Xavier Beauvois.

Des hommes et des dieux est un drame, un vrai, qui retrace les dernières années de la vie des moines de Tibéhirine, assassinés en 1996. Le film nous fait vivre le quotidien de ces moines sur lesquels pèse la menace constante de l’attentat, mais qui dépassent leurs doutes et leurs peurs pour continuer la mission qu’il se sont confiés. Aux côtés de la population opprimée par une armée corrompue et des groupes intégristes, les huit ecclésiastiques français partagent sa vie et sa peur du lendemain.

Sans jamais être ni trop lent ni ennuyeux, Des hommes et des dieux adopte un rythme très contemplatif, propice à une plongée dans l’intimité spirituelle des personnages. Les thèmes soulevés ont beau être très lourds et les émotions difficiles à transmettre au cinéma, on est pourtant séduit par ce petit monastère perdu dans l’Atlas et on comprend le sens de l’engagement de ses habitants monastiques.

Toute l’histoire est une montée en intensité de la menace et des doutes des moines. Dans le monastère qui finit par tourner au huis-clos, chacun défend son avis sur la marche à suivre : Accepter une protection de l’armée ? Quitter le pays ? Rester sans défense ? Le dénouement est tragique, comme chacun le sait, mais ne laisse jamais place au mélo pitoyable ou au drame de supermarché digne de La Rafle par exemple. On nous épargne donc les bébés en pleurs pour nous laisser une émotion vraie, brillamment rendue par des acteurs excellents.

Le Cinéma (avec un grand C) mérite son titre de « 7ème art » avec ce genre de films, à la fois original, créatif et sincère. En effet, Des hommes et des deux est une vraie oeuvre d’art qui, en plus de véhiculer des émotions sincères de la part de ses auteurs, prend le temps de relever à son rythme le défi de faire s’interroger le public sur des questions comme la spiritualité, l’engagement religieux, le sacrifice et la détermination. De plus, les thèmes abordés qui sont toujours d’actualité (l’entente entre les religions et les cultures en particulier) sont traités sans manichéisme. Je vous recommande donc chaudement ce petit bijou, à moins que vous ne préfériez autre chose de moins cérébral.

Soutenez Cosmo ^{;,;}^
Vous pouvez soutenir Cosmo en réagissant par un commentaire, en partageant les articles et/ou en m'offrant un café (tip tip !). C'est peut-être un détail pour vous, mais pour moi ça veut dire beaucoup. Merci d'être là.

Devenez mécène

Laissez un commentaire ici plutôt que sur Facebook.