Cosmo [†] Orbüs

Pour écrire mon livre, j’entre en ermitage jusqu’au 15 mai.

Cet article fait partie de la série L'étoffe, making-of (2/2)

analyse la horde du contrevent

Depuis la fin du NaNoWriMo au 30 novembre, je n’ai pas retouché à mon bouquin. Le projet n’a pas été abandonné bien sûr, il a été lu et annoté par deux vaillantes crash-testeuses (que je salue) entre décembre et janvier, et j’ai entamé mon cycle de rencontres destinées à étayer le chapitre final (deux interviews sont déjà réalisées). Mais au manuscrit, je n’ai pas retouché.

Bon, je n’ai pas tout à fait chômé quand même. Entre Strasbourg et Limoges, mes playtests à Montrouge et le Bal des Actifs… Mais trêve d’excuses à deux balles. Il est salement temps de retourner au turbin.

Rupture du cessez-le-feu

Pendant un mois, du 15 avril au 15 mai 2017, je mets les publications sur Cosmo en pause. Comme je l’ai déjà dit, ma phobie de délaisser le blog est abolie par l’enthousiasme et la fierté de faire aboutir mon second bouquin. Et puis ce projet est la suite logique – plus aboutie, plus dingue à tous points de vue – de ce que je fais ici. Pour rappel, L’étoffe dont sont tissés les vents, ledit bouquin, sera une analyse personnelle de La Horde du Contrevent.

Pas sûr que je prendrai le temps de publier de petits bilans comme je l’avais fait pour le NaNo. Dans tous les cas, je ne me fixe pas ici d’objectif de quantité puisque mon manuscrit a déjà un début, un milieu et une fin. J’ai la masse de glaise, reste à la façonner.

Au programme, je vais donc :

1 / Relire mon texte à moi. Et l’annoter. C’est quand même le minimum.

2 / Lire les crash-tests. Au nombre de deux, et faire le tri dans leurs remarques. Ce qui me permettra de confirmer ou d’infirmer ma propre relecture, et de séparer les passages limpides des bourbiers infâmes de ma prose laborieuse.

3 / Intégrer les annotations dans un doc unique. Ça parait bête dit comme ça, mais il faudra bien centraliser tout ça, ce qui fera peut-être apparaître des zones très commentées et des déserts critiques sur lesquels la suspicion de gloubiboulga devra se porter.

4 / Me demander si le plan doit changer. En espérant que non, mais en refusant que la flemme me dicte ce qui doit être fait.

5 / Tout réécrire. Et ouais !! ouais ! ouais.

***

Si j’ai le temps, mais ça m’étonnerait, j’en profiterai pour :

6 / Retranscrire les entretiens qui ne le sont pas, les réécrire et les envoyer aux personnes concernées pour validation.

7 / Terminer un premier jet du chapitre bonus, qui découle de ces entretiens. Tout à fait entre nous, ceci peut attendre. Au pire le chapitre bonus sera une exclusivité de l’édition post-mortem Pléiade dorée sur tranche, donc j’ai encore un peu le temps. Et surtout, c’est le manuscrit principal qui reste prioritaire à ce stade.

Autant vous dire qu’avec tout ça j’ai de quoi m’occuper, et viser de reprendre la documentation pendant la trêve estivale. Je suis donc venu vous dire que je m’en vais, que je reviens au 15 mai et qu’à mon retour j’ai déjà du stock pour envoyer la purée.

~ Antoine St. Epondyle

Dans la même série
<< Bilan du NaNoWriMo 2016 (ou comment écrire 100 pages ne suffit pas à avoir un livre)

4 commentairesVous en pensez quelque-chose ?

Laissez un commentaire ici plutôt que sur Facebook.