Cosmo [†] Orbüs

J’écris mon deuxième livre #NaNoWriMo2016

Je l’ai déjà laissé entendre, et mes publications de la saison précédente l’ont sans doute trahi. Aujourd’hui, je peux le dire haut et fort : j’écris mon deuxième bouquin ! Il faut croire qu’on y prend goût. (Vous vous rappelez du premier ?)

Il ne s’agit ni d’un reboot, ni d’une suite (une version augmentée de Cyberpunk Reality paraîtra peut-être un jour, mais je me donne une zone tampon de cinq ans minimum avant de faire quoi que ce soit). Si vous êtes u(e) habitué(e) de mes colonnes, vous aurez peut-être remarqué quelques articles de la saison précédentes, plus sérieux, plus chiadés que d’habitude. Evidemment, je sais que personne ne lit mes pavés de  plus de 5 000 mots ; ce n’est pas très web-friendly n’est-ce-pas ?

Tout ceci n’est que préparation de terrain. Laissez-moi vous présenter…

nanowrimo

Ceci n’est pas la couverture finale.

L’étoffe dont sont tissés les vents, dont le titre changera peut-être, sera une analyse personnelle car non forcément exhaustive de La Horde du Contrevent. Un ouvrage qui me tiens à cœur et qui – je touche du bois – sera mon deuxième livre auto-édité d’ici quelques semaines mois années temps.

L’écriture de cet opus n’est pas un parcours de santé. Pondre quelque-chose d’intelligible est souvent une gageure dans ma situation, et je dois dire que j’ai beaucoup de mal à savoir où j’en suis. Milieu ? Fin ? N’aurais-je qu’effleuré une masse de travail himalayenne que j’aurais sous-estimée ?

Bon, procédons par étapes. Je vais suivre la même démarche d’écriture que pour Cyberpunk reality, puisqu’elle m’avait été utile. Rappel.

  1. Ecriture du premier jet au format blog (3 billets écrits),
  2. Publication au fur et à mesure sur Cosmo dans le but d’engendrer des retours et de m’en alimenter (2 billets en ligne),
  3. Mise à plat de la totale sur un doc unique et rédaction du sommaire,
  4. Réécriture complète comprenant…
    1. l’architecture du propos global,
    2. l’enrichissement des différents chapitres,
    3. la fluidification de l’ensemble,
    4. la réécriture stylistique.

Il sera ensuite temps de se poser les questions liées à la maquette (j’ai commencé la couv’, c’est vrai), la distribution et la sortie du livre. Sauf raison particulière, je me dirige une fois encore vers l’auto-édition sous Creative Commons. Mais chaque chose en son temps. Pour le moment je manque surtout d’une vue d’ensemble. D’un plan, et de savoir où je vais. Je façonne des briques, certes compactes, mais sans savoir si je vais les utiliser pour le toit ou les fondations de mon édifice. Bref, j’ai salement besoin d’un premier jet.

NaNoWriMo quésaco ?
NanoWrimo-2016

Le NaNo est un défi d’écriture mondial (sorte de Quantified Self de l’écriture de fiction à durée déterminée) qui propose de cracher un roman de 50 000 mots sur le seul mois de novembre. La pertinence de ce défi est sujette à débat : la littérature ne s’écrit pas au poids, et qui en doute devrait relire Le Petit Prince.

Malgré tout, le NaNo est un excellent antidote contre la procrastination, qui permet de se forcer à taper au kilomètre les textes qui moisiraient sinon. Et ce sans trop regarder en arrière (ce qui empêche d’avancer). Il sera toujours temps, ensuite, de compléter, corriger, réécrire. Mon objectif pour ce NaNo, est donc de pondre un premier manuscrit en y consacrant un mois entier.

Modus operandi

Mon texte n’est pas un roman, et je ne pars pas de zéro. Je suis un passager clandestin du NaNoWriMo, statut que j’assume pleinement. Ma préparation est chaotique, certes, incomplète, oui, mais elle existe néanmoins. J’ai bouffé des pages et des pages d’analyses de La Horde, de Nietzsche, Spinoza, Deleuze… j’ai lu de la philo, putain, pas qu’un peu. Je me suis imprimé un paquet d’interviews d’Alain Damasio trouvées sur le vaste web. Et puisque qu’on en parle, le monsieur a même accepté de me filer un coup de main sur le bouquin.

Autant vous dire qu’au mois de novembre, je ne publierai rien sur le blog. Ou en tous cas rien d’autre que de courtes news sur l’avancée du NaNo.

On ne va pas se mentir, j’ai déjà 65 pages. Il n’empêche que j’ai bien l’intention de jouer le jeu aussi sérieusement que possible. Je ne vais pas écrire mes 1 666 mots par jour, vu mon emploi du temps actuel c’est impossible. Mais je vais dédier tout mon temps d’écriture mensuel, et plus encore, à cet unique projet.

Alors bon courage, si vous plongez vous aussi.
On se retrouve en décembre.

-Saint Epondyle-

NanoWrimo compteur de mots

Soutenez Cosmo ^{;,;}^
Vous pouvez soutenir Cosmo en réagissant par un commentaire, en partageant les articles et/ou en m'offrant un café (tip tip !). C'est peut-être un détail pour vous, mais pour moi ça veut dire beaucoup. Merci d'être là.

Devenez mécène

11 commentairesVous en pensez quelque-chose ?

Laissez un commentaire ici plutôt que sur Facebook.