Cosmo [†] Orbüs

Bonne année 2017

00100000 01100011 01101111 01101101 01110000 01110010 01100101 01101110 01100100 01110010 01100101 00101100 00100000 01100100 00100111 01100101 01101110 00100000 01110010 01100101 01110011 01110011 01101111 01110010 01110100 01101001 01110010 00100000 01100111 01110010 01100001 01101110 01100100 01101001 01110100 00101110 00100000 01000101 01110100 00100000 01110001 01110101 01100101 00100000 01100011 01100101 00100000 01100110 01100101 01110101 00100000 01100010 01110010 11000011 10111011 01101100 01100001 01101110 01110100 00100000 01101101 00100111 01101001 01101110 01110100 01100101 00100000 01100100 01100101 00100000 01101100 01100001 00100000 01101101 01100101 01101001 01101100 01101100 01100101 01110101 01110010 01100101 00100000 01100110 01101111 01101001 00100000 01100100 01110101 00100000 01101101 01101111 01101110 01100100 01100101 00101100 00100000 11000011 10100000 00100000 01110110 01101111 01110101 01101100 01101111 01101001 01110010 00100000 01110110 01101111 01110101 01110011 00100000 01100101 01101110 00100000 01110000 01100001 01110010 01101100 01100101 01110010 00101100 00100000 11000011 10100000 00100000 01110100 01101111 01110101 00101110 01110100 01100101 00101110 01110011 00101100 00100000 01100100 01100101 01110011 00100000 01101000 01100101 01110101 01110010 01100101 01110011 00100000 01100100 01110101 01110010 01100001 01101110 01110100 00101110 00001101 00001010 00001101 00001010 01001010 01100101 00100000 01100011 01101111 01101110 01110100 01101001 01101110 01110101 01100101 00100000 11000011 10100000 00100000 01100011 01110010 01100101 01110101 01110011 01100101 01110010 00100000 01001100 01100001 00100000 01001000 01101111 01110010 01100100 01100101 00101100 00100000 01110000 01101111 01110101 01110010 00100000 01100101 01110011 01110011 01100001 01111001 01100101 01110010 00100000 01110000 01100101 01110101 01110100 00101101 11000011 10101010 01110100 01110010 01100101 00100000 01100100 00100111 01110010 00100000 01100101 01110101 01110011 01100101 01110010 00100000 01001100 01100001 00100000 01001000 01101111 01110010 01100100 01100101 00101100 00100000 01110000 01101111 01110101 01110010 00100000 01100101 01110011 01110011 01100001 01111001 01100101 01110010 00100000 01110000 01100101 01110101 01110100 00101101 11000011 10101010 01110100 01110010 01100101 00100000 01100100 00100111 01110010 00100000 01100100 00100111 01110010 00100000 01100101 01110101 01110011 01100101 01110010 00100000 01001100 01100001 00100000 01001000 01101111 01110010 01100100 01100101 00101100 00100000 01110000 01101111 01110101 01110010 00100000 01100101 01110011 01110011 01100001 01111001 01100101 01110010 00100000 01100101 01110010 00100000 01110000 01100101 01110101 01110100 00101101 11000011 10101010 01110100 01110010 01100101 00100000 01100100 00100111 01110010 00100000

« Au dehors le spectacle abject continue,
Et tous les doigts pointés en déluge de papier,
Envahissent les avenues,
Et tentent de boucher les pores de nos peaux,
Prière pour que jamais ils n’y arrivent tout à fait.

Cherche ton horizon,
Traverse les cloisons. »

– Détroit

Quelle époque bruyante.
Pas seulement d’un point de vue sonore. A tous les niveaux.
Tout le monde parle, gueule, hurle, vocifère. Souvent tout seul. On écoute plus souvent pour répondre que pour comprendre.

Parce qu’on à (encore) le droit de dire ce qu’on veut, et nouvellement les moyens de le faire, on le fait sans arrêt, mesure, ni discernement. Et plus personne ne lit au-delà des intertitres nos articles calibrés autour des 800 mots réglementaires attendus par Google Bot. On s’exprime comme par réflexe, sans toujours s’imaginer avoir un truc à dire. Comme si quiconque attendait notre avis sur tel sujet, événement, fait de société. Nos hommages à tels « drames » quotidiens comme autant d’auto-justifications de nos propres sentiments. Ou pour se prouver que notre avis compte. Comme si notre vie en dépendait, parce qu’une certaine façon, c’est le cas.

Tout est confondu sur une unique échelle d’importance. Le buzz, qui passe tout et n’importe quoi au crible de la tempête des réactions engendrées. Du massacre des habitants d’Alep à la mort de Carrie Fisher, qui gagne la guerre des mentions ?

Quel vacarme.
(Et bien-sûr nous sommes tous persuadés que ce sont les autres qui devraient se taire.)

Nous sommes devenus du flux. Nous nous déployons dans le haut débit ; qui est puissant, chaotique. Une info chasse l’autre dans le flot continu d’une crue perpétuelle. Dont la lie se trouve étonnamment sur le dessus.

Dans quelques temps (il parait) nous aurons des livres capables d’écrire leur propre fin en fonction des « attentes » du lecteur. Est-ce qu’on lit des livres pour qu’ils nous servent ce à quoi on s’attend ? Ou est-ce que, justement, on les lit en s’attendant trouver ce à quoi on ne s’attend pas ?

Masturbation intellectuelle, quand tu nous tiens.

Je suis « mauvais public », paraît-il. Incapable d’émerveillement. Je ne lis pas, ni ne vais voir de films pour qu’on me serve la soupe insipide dont l’époque est friande. (Qui de plus fort entre Doctor Strange et Superman ?) Pourquoi croyez-vous que je passe mon temps à vous bassiner avec les mêmes choses ? (Vous savez de qui je parle.) Parce qu’en passant des années – des années – à creuser ces textes, ou ces œuvres ; en m’échinant dessus des mois durant, seul chez moi ou nombreux dans une fosse de concert, j’ai l’impression d’en ressortir chaque fois changé. Ou consolidé. Gonflé, dans le bon sens du terme. Parce que j’ai dû me hisser à leur hauteur pour mesurer ce que ces œuvres cherchent à me dire. Ouvrir des bouquins dont je n’avais jamais entendu parler, me les coltiner. Prendre des notes. Chercher à comprendre, aller plus loin. Parce que pour écrire sur ces sujets (écrire ou réfléchir, c’est pareil), et peu importe le résultat, j’ai dû devenir plus intelligent qu’au départ.

Chaque pelleté dans La Horde du Contrevent me révèle un peu plus l’étendue du chef d’oeuvre, sa poésie, sa profondeur philosophique qui me semble essentielle. Un message entier, complet, d’un bloc. 521 pages. Clairement, on n’a pas l’habitude. Je ne suis pas « fan » pour le plaisir d’être un groupie, ni pour me sentir exister lorsque le regard de mon idole glisse vaguement sur mon indigne personne en attente d’une approbation. Je suis passionné parce que cette oeuvre me donne la matière première qui me permet, à la force du clavier, au prix de beaucoup d’effort, de travail et de quelques bonnes migraines, de devenir meilleur que moi.

Je vois des films, j’écoute de la musique, je lis des bouquins pour y chercher ça. Ce truc brûlant, indéfinissable, choquant parfois, souvent bizarre, toujours difficile. Une altérité inattendue, une chose venue d’ailleurs, qui pourra me porter – peut-être – dans ce monde pas facile. Alléger cette vie où la nostalgie à marée montante me fait chaque année un peu plus suffoquer.

Clôts, les espaces humides finissent toujours par moisir. Fendons nos crânes en grand et laissons-y passer les courants d’air.

Si ça vous intéresse, on s’y met tous ensemble.
Ça sera toujours ça de gagné contre le divertissement.

Puisque demain sera pire qu’aujourd’hui, on va avoir salement besoin les uns des autres. Soyons exigeants, et sans concession, alertes, mauvais public avec la pâté pour chien ; bons vivants pour le reste. Assumons le flux, mais sachons faire le tri. Gardons les yeux ouverts en grand. Ne laissons jamais personne nous dire quoi penser, quoi faire – ni quoi aimer, ni pour quelles raisons. Restons groupés dans et hors le cyberespace. Et n’oublions pas de vivre.

Bonne année les cosmonautes.
& à très vite.

~ Antoine St Epondyle

00100000 01100011 01101111 01101101 01110000 01110010 01100101 01101110 01100100 01110010 01100101 00101100 00100000 01100100 00100111 01100101 01101110 00100000 01110010 01100101 01110011 01110011 01101111 01110010 01110100 01101001 01110010 00100000 01100111 01110010 01100001 01101110 01100100 01101001 01110100 00101110 00100000 01000101 01110100 00100000 01110001 01110101 01100101 00100000 01100011 01100101 00100000 01100110 01100101 01110101 00100000 01100010 01110010 11000011 01100001 01101110 01110100 00100000 01101101 00100111 01101001 01101110 01100011 01101001 01110100 01100101 00100000 01100100 01100101 00100000 01101100 01100001 00100000 01101101 01100101 01101001 01101100 01101100 01100101 01110101 01110010 01100101 00100000 01100110 01101111 01101001 00100000 01100100 01110101 00100000 01101101 01101111 01101110 01100100 01100101 00101100 00100000 11000011 10100000 00100000 01110110 01101111 01110101 01101100 01101111 01101001 01110010 00100000 01110110 01101111 01110101 01110011 00100000 01100101 01101110 00100000 01110000 01100001 01110010 01101100 01100101 01110010 00101100 00100000 11000011 10100000 00100000 01110100 01101111 01110101 00101110 01110100 01100101 00101110 01110011 00101100 00100000 01100100 01100101 01110011 00100000 01101000 01100101 01110101 01110010 01100101 01110011 00100000 01100100 01110101 01110010 01100001 01101110 01110100 00101110 00001101 00001010 00001101 00001010 01001010 01100101 00100000 01100011 01101111 01101110 01110100 01101001 01101110 01110101 01100101 00100000 11000011 10100000 00100000 01100011 01110010 01100101 01110101 01110011 01100101 01110010 00100000 01001100 01100001 00100000 01001000 01101111 01110010 01100100 01100101 00101100 00100000 01110000 01101111 01110101 01110010 00100000 01100101 01110011 01110011 01100001 01111001 01100101 01110010 00100000 01110000 01100101 01110101 01110100 00101101 11000011 10101010 01110100 01110010 01100101 00100000 01100100 00100111 01110010 00100000 01100101 01110101 01110011 01100101 01110010 00100000 01001100 01100001 00100000 01001000 01101111 01110010 01100100 01100101 00101100 00100000 01110000 01101111 01110101 01110010 00100000 01100101 01110011 01110011 01100001 01111001 01100101 01110010 00100000 01110000 01100101 01110101 01110100 00101101 11000011 10101010 01110100 01110010 01100101 00100000 01100100 00100111 01110010 00100000 01100100 00100111 01110010 00100000 01100101 01100101 01110010 00100000 01110101 01110011 01100101 01110010 00100000 01001100 01100001 00100000 01001000 01101111 01110010 01100100 01100101 00101100 00100000 01110000 01101111 01110101 01110010 00100000 01100101 01110011 01110011 01100001 01111001 01100101 01110010 00100000 01110000 01100101 01110101 01110100 00101101 11000011 10101010 01110100 01110010 01100101 00100000 01100100 00100111 01110010 00100000

7 commentairesVous en pensez quelque-chose ?

  • Hear , hear!
    J’avoue que le côté « non mais c’est bien, ça lave la tête » vis-à-vis des films/jeux AAA commence à me fatiguer. Ca ne choque personne que quelqu’un se « décrasse » en courant, ce qui revient à faire un effort. En revanche, lecture, cinéma, se décrasser, donc se laver la tête c’est rester passif et béat…
    Présent en 2017 pour la suite, et espérons, « bonne année ».
    (et sinon, ces fifties? :p)

  • Merci pour cet article. Je reviens d’une période de méditation intensive dans un monastère zen. Ton article tombe à pic pour le retour, ou plutôt la continuation, dans le quotidien.

    Choisissons nos sources de connaissances, et non d’information…

    Bonne année ;)

  • Je te rejoins sur une bonne partie de ce que tu dis. À force de revoir à toutes les sauces les mêmes scénarios prémâchés, je ne peux plus voir un film ou lire un livre sans deviner ce qu’il va se passer ensuite. C’est l’inconvénient quand on développe son sens critique, on finit par se rendre compte que la substance pour grandir n’est pas facile à trouver et qu’il faut aller plus en profondeur.

    Après, c’est vrai qu’au quotidien, quand on vient de se taper une journée de travail de 8h, hurler dessus par son boss, bousculer par les transports et qu’on a encore entendu des mauvaises nouvelles aux infos, le courage de creuser au-delà des jolies images qui bougent sur l’écran n’est pas toujours au rendez-vous. Mais c’est bien que tu sois là pour rappeler qu’on peut aller au-delà de ce qu’on nous sert et clamer haut et fort qu’on est pas dupes.

    Bonne année St Epondyle ! Pourvu qu’elle soit riche en découvertes intéressantes et en interprétations passionnantes !

    PS : c’est étrange comme ce binaire me donne envie de reprendre ma lecture de « La Horde du contrevent »…

    • Aller en profondeur, vers les œuvres qui comptent, « du lourd » comme on dit, il faut y aller sans trêve. Personnellement c’est justement ça, « décrasser » le cerveau en le faisant bosser, qui me permet de tenir en ayant l’impression d’être plus qu’une machine à bosser, se faire hurler dessus, bousculer dans le quotidien. Surtout quand on voit les nouvelles charriées par l’époque. Je suis content si je peux participer à ce mouvement, et faire à mon niveau connaître ce qui mérite de l’être.

      L’année s’annonce pleine comme un œuf. Pas d’inquiétude là dessus : j’ai dépassé les 200 brouillons d’articles en cours d’écriture enregistrés sur Cosmo. :)

      (Y’a pas de binaire dans La Horde, je crois que je déteins sur toi. :D )

      Bonne année Groucho. Merci de continuer à passer par ici depuis le temps.

Laissez un commentaire ici plutôt que sur Facebook.