xxxHolic | CLAMP

Mis en orbite le 1 avril 2012 par Saint Epondyle dans BD, Manga & Dessinateurs
Tags: , ,

Yûko et Kimihiro Watanuki, les personnages principaux

[Seule une rencontre peut permettre à quelqu’un de changer.]

Intrigué depuis fort longtemps par le manga xxxHolic (prononcer Cross Holic), j’ai pu découvrir cette série de seinen (manga pour jeunes adultes) récemment. Grâce à un prêt fort altruiste, j’ai découvert l’univers et les personnages si particuliers de ce manga atypique du collectif Clamp à qui l’on doit entre autres l’extraordinaire RG Veda et d’autres grands noms comme X et Tsubasa RESERVoir ChRoNiCLE.

Et atypique, ce manga l’est à tous les niveaux. Sur une vingtaine de tomes en format classique, xxxHolic raconte l’histoire de Kimihiro Watanuki, un jeune japonais tourmenté par des visions de fantômes. En effet, depuis son plus jeune âge le jeune orphelin voit des esprits venus d’autres mondes, lui causant de nombreux tourments et l’empêchant de mener sa vie normalement. La vie de Watanuki change le jour ou il découvre une boutique étrange coincée entre deux gratte-ciels, une boutique dont le fond de commerce est d’exaucer les souhaits de ses clients. En rencontrant Yûko Ichihara, la sorcière qui tient la boutique, Watanuki lui demande de le guérir de sa malédiction. Mais exaucer un souhait est loin d’être gratuit, et Yûko exige que Watanuki travaille pour elle à la boutique jusqu’à ce qu’elle considère sa dette comme épongée. Peu à peu, entre Watanuki, Yûko et leurs amis se créée une relation très spéciale, entre servitude consentie, amour et amitié. Les clients qui se succèdent à la boutique au fil des années pour demander la résolution de leurs souhaits sont autant de découvertes pour les personnages et les lecteurs, et entraînent les uns et les autres à l’exploration de mondes de rêves et de magie.

L’histoire de xxxHolic part de cette base, et la développe tout au long des dix-neuf tomes que dure le manga jusqu’a une conclusion de l’histoire en bonne et due forme, qui reste néanmoins ouverte. Autour de ce concept initial se tissent des péripéties variées et prenantes, qui construisent petit à petit un univers poétique et onirique essentiellement basé sur les personnages et leurs relations. Le rythme lent est favorable au développement d’une histoire ou les évènements vraiment importants pour la trame générale sont rares et parfois assez peu compréhensibles. En effet, l’intrigue de xxxHolic est liée à un autre manga des mêmes auteurs à savoir Tsubasa RESERVoir ChRoNiCLE. Les apparitions de Shaolan et Sakura, le couple de héros de ce shonen de Clamp, titille la curiosité et donne envie de découvrir cette autre série, pour ainsi comprendre l’articulation des deux histoires entre elles. Tsubasa et xxxHolic se déroulent en même temps mais dans des univers parallèles, et il arrive que les personnages se rencontrent brièvement notamment par le biais de la magie de Yûko et celle des deux Mokona. Pour autant, xxxHolic et Tsubasa sont des mangas séparés qui peuvent se lire et s’apprécier individuellement sans problème. A noter également que les deux relèvent de genres différents, Tsubasa étant un shonen plus adolescent et à l’intrigue plus simple ; alors que xxxHolic est un seinen sensiblement adressé à un public adulte et abordant des thèmes de réflexion sous un angle poétique et parfois humoristique.

De gauche à droite : Watanuki, Dômeki, Mokona noir et Yûko.

Au fil du manga se déploie une atmosphère onirique et poétique qui pourrait rappeler les films d’Hayao Myazaki (en particulier Le Voyage de Chihiro) en plus adulte et à la magie plus subtile. Dans le plus pur style seinen, le manga est l’occasion de poser un certain nombre de questionnements existentiels sur la vie, les sentiments et la place de chacun dans l’univers. La question de l’addiction en général et de la relation de chacun à ses souhaits et désirs occupe également une place centrale dans l’histoire, et a même orienté le nom de la série. Autant de thèmes intéressants pour les jeunes adultes auxquels s’adresse ce type de manga. Je parlais de l’humour du manga ci-dessus, il est en effet très intéressant de noter avec quelle facilité les auteurs jonglent entre les différents registres sans jamais fragiliser la narration. Si on ne peut pas dire que le manga est humoristique au sens strict, il sait toutefois créer des scènes de légèreté et de rire entre deux passages poignants, graves, ou tristes. De cette variation constante dans le style, il résulte tout au long de l’oeuvre une atmosphère en demi-teinte dans les relations entretenues par les personnages, toute en subtilité.

Avant de lire la série, c’est avant tout visuellement que xxxHolic m’avait interpellé. Le trait incroyable de ce manga s’inspire des estampes japonaises traditionnelles, tout en leur ajoutant cette touche de mystère et de rêve propre à la série. Les couvertures sont autant de toiles de maîtres qui allient les couleurs très contrastées aux ambiances graphiques subtiles et typées. Le personnage de Yûko la sorcière est en soi un élément graphique incroyable qui, jamais vêtue deux fois de la même manière, irradie de sa présence et de sa beauté la moindre case ou elle apparaît. Le travail sur les vêtements traditionnels et ésotériques de la sorcière est d’une finesse et d’une qualité jamais égalée dans un manga, à part peut-être dans le récent Bride Stories de Kaoru Mori, bien que dans un genre très différent.

Au fil des tomes, le style graphique s’est étoffé, gagnant en détails et dans une certaine mesure en réalisme. Le trait des derniers tomes est à mon sens plus abouti et plus riche, et ne trahit en rien l’identité graphique si particulière de la série, basé essentiellement sur les contrastes entre les aplats très épurés de noir, de blanc et le tramage.

L’art de Clamp est de réussir à nous transporter dans chacune de ses œuvres dans des univers réellement différents à tous les niveaux. Le collectif qui m’avait séduit avec difficulté dans RG Veda grâce à un épique kitsch et profondément jouissif, propose ici une œuvre très belle, subtile, sensible, intelligente et poétique. Complètement à rebours des clichés habituels sur les mangas laids, violents et/ou pornos, xxxHolic est un chef-d’oeuvre exigeant qui demande au lecteur de comprendre et d’adopter sa logique particulière et son rythme. En acceptant cette exigence, j’ai pu me laisser entrainer avec beaucoup de plaisir dans l’univers de cette série qui à bien des égards tutoie la perfection.

-Saint Epondyle-

  1. Dluminus dit :

    J’aime beaucoup l’anime très space et poétique en effet, ça me donne envie de m’y replonger.